mardi, 26 mai 2020|

30 visiteurs en ce moment

 

La face sombre du patron de l’Organisation Mondiale de la Santé !

Qui est le chef de l’OMS qui dirige de manière mondiale la crise pandémique du Coronavirus dans le monde ? La question mérite d’être posée, et lorsque l’on regarde le Curriculum Vitae du Docteur Tedros Ghebreyesus on reste assez circonspect...

www.radinrue.com le XXVII -III - MMXX, 15h10, par : Migùel Aussoros,

Tedros Adhanom Ghebreyesus est le numéro 1 de l’OMS, l’organisme le plus écouté dans le domaine de la santé avec une influence mondiale. Si de très nombreux pays, dictatures, démocraties, royaume, écoutent avec attention les conseil de ce docteur éthiopien, son passé et ses activités, notamment en tant que ministre de la santé dans son propre pays devraient tout de même interroger quant aux stratégie s qu’il impose par la parole et la notoriété aux milliards d’habitants de notre planète.

Le fait qu’il fut le premier à banaliser l’épidémie du Covid-19 lorsque celle-ci s’installait en Chine prouve déjà que sa perception sur l’évolution d’un virus demeure légère, mais lorsque l’on découvre (à nouveau) que l’individu a participé à effacer et minimiser totalement jusqu’à trois épidémies massives du choléra quand la maladie faisait des ravages en Ethiopie, où il exerçait le pouvoir de ministre de la santé, nous nous pouvons à juste titre rester interloqué.

Ce professeur est un spécialiste de la Malaria, il exerçait ses qualités médicales en tant que ministre de la Santé en Ethiopie entre 2005 et 2012. Lorsque le choléra s’attaqua à son pays en 2006, 2009 et 2011 il mis en place un système de camouflage des ravages que l’épidémie faisait alors, et ce, durant les trois vagues qui se suivirent.

En mai 2011, l’Assemblée mondiale de la Santé a reconnu que la ré-émergence du choléra était un important problème de santé publique et elle a adopté la résolution WHA 64.15, demandant d’appliquer une approche intégrée et complète à la lutte anticholérique.

À l’échelle mondiale, le nombre des décès dus au choléra est passé de 4948 en 2009 à 7543 en 2010, soit une hausse de 52%, avec un TL moyen de 2,38%. Sur les 32 pays ayant notifié des décès dus au choléra, 20 étaient situés sur le continent africain et ont compté 3397 morts, soit 45% du total mondial. Dans la Région des Amériques, Haïti a notifié 3990 morts, soit 53% du total mondial. Ces décès se sont produits sur une période de 70 jours

A l’époque le gouvernement Ethiopien se cantonnait à une seule version, celle de dire que les épidémies étaient dues à une eau infecte, ce qui en soit fait partie d’une des causes de la maladie donnant notamment des diarrhées, mais il ne s’agit pas là d’une seule et unique cause, mais d’un des facteurs... Les attaques du choléras firent des centaines de morts dans le pays.

Mais en 2017, lorsque le Docteur Tedros Ghebreyesus a tout mis en œuvre pour devenir le patron de l’OMS l’affaire est devenue publique. Pour ce défendre, le ministre de la santé Ethiopie sortant invoqua que les attaques "sont coloniales" pour stopper dans sa progression "un docteur venu du tiers monde", cet argumentaire facile et nauséabond utilisé bien souvent pour s’auto-défendre sous la cape d’une accusation que l’on sous entend "raciste" n’est pas nouvelle dans une société où l’expérience et les qualités sont mises au second rang face à la nécessité d’afficher le multi-culturalisme à tout prix...

C’est la Chine qui lui vînt alors en aide, usant de toute sa puissance communisto-capitaliste afin de mettre l’homme en avant, s’intégrant par la même en échange, dans les affaires éthiopiennes...

L’homme ne fut pas troublé et personne ne contesta sa nomination au plus au rang de l’OMS, et ce malgré les campagnes sur Twitter lancée sous le hashtag #NoTedros4WHO.

C’’est donc un patron de l’Organisation Mondiale de la Santé qui minimisait les risques du choléra dans son propre pays que le monde écoute aujourd’hui, oubliant par la même occasion qu’il fut le ministre durant de longues années d’un régime qui massacra la contestation de son peuple dans le sang et enferma toute opposition active dans ses geôles !

radinrue.com

 
A propos de RADIN RUE
®© 1982 - 2020 Radin Rue — ISSN 2270-5864 — Radin Rue a été fondé en 1982 sous format papier, depuis 2001 Radin Rue ne paraît plus sous format imprimé. Il est publié sur internet depuis le 22 décembre 1997 et en tant que www.radinrue.com depuis 24 septembre 2000. Ce site est dépendant de la (...)
En savoir plus »