mercredi, 21 octobre 2020|

29 visiteurs en ce moment

 

Quand l’idéologie d’SOS RACISME épouse le racisme, le masque tombe

Le dérapage de l’association gauchiste SOS racisme vient de lever les masques sur une bande de nantis pépères qui utilisent la terminologie qui est la leur afin de véhiculer leur propagande rouge d’une autre époque. En traitant un cadre du Rassemblement National de chameau Yassine Belattar vient de montrer aux français qui en doutaient encore combien cette organisme est nauséabond, loin de s’en offusquer le président de SOS Racisme, Dominique Sopo enfonce le clou, aidé par la suite par une autre bande de mercenaires de la pensée lobotomisée, la LICRA.

www.radinrue.com le XXIV - II - MMXX, 15h56, par : Paris Malenne

LE cadre du Rassemblement National Jean Messiha a été traité de chameau avec la bénédiction de SOS Racisme et de la LICRA, deux organismes en fin de vie qui ne subsistent que par la volonté stupide d’un gouvernement qui jusque là leur faisait, et leur fait, les yeux doux d’un concubin qui assiste au simagrée d’une vieille idéologue qui ne trouve plus de place à la casse. Les impôts qui réanime ces deux assos’ grabataires leur donne les ailes du racisme apparemment qu’elles épousent sans vergogne quand il s’agit de montrer leur véritable visage de haine.

Un cadre du Rassemblement national, d’origine égyptienne, a été traité de chameau par un humoriste ami de SOS RACISME, le présent de SOS Racisme à par la suite ajouter une couche à la saloperie, et tout cela sous la bénédiction puante de la LICRA.

C’est vendredi dernier qu’un ami de SOS Racisme, un de ces humoristes de pacotille vendu pour les bobos pseudo communards, mis en examen par ailleurs pour des menaces de mort couronnés de harcèlement moral Yassine Belattar, publie une vidéo via Twitter ’ qui a disparu désormais ) qui débute à l’attention de Jean Messiha par « Mon chameau, tu sais très bien que je t’aime ». Le cadre du RN est né en Égypte en 1970 et fut naturalisé français en 1990. Poursuivant le pseudo-comique s’enfonce : « Personne te respectait et maintenant t’es le roi des chameaux » (...) « Jean, mon chameau, j’ai parlé au zoo de Thoiry, ils sont ok pour que tu fasses ton prochain meeting avec ta tête… ».

Alors Jean Messiha répond au clown : « Allô @SOSRacisme ? Allô @_Licra_ ? Je suis victime de propos racistes sur @Twitter. Vous pouvez vous constituer partie civile avec moi ? ». Rebondissant sur le Tweet, le patron de l’agence de la bonne pensée pourrie, Dominique Sopo, s’essaye au clavier : « Cher Jean Messiha, je pense que la LICRA sera heureuse de se constituer auprès de SOS Racisme afin de mettre fin à l’odieuse comparaison entre vous-même et un chameau. Cette comparaison est infamante pour les chameaux. Soyez certains que nous ne laisserons pas passer. Bisous ». Et enfin, la LICRA qui ne voulait pas être oublié dans les métaphores ordurières s’y met, en belle flic de la pléthorique humanophobe : « Voilà un an qu’un véritable combat de titans est livré par @JeanMessiha et Y. Belattar qui s’envoient au visage des noms de chameaux », explique l’association antiraciste, qui ajoute pour justifier sa réaction : « Vous appartenez à une famille politique qui détient le record de condamnations pour racisme, antisémitisme. Vous n’avez rien à exiger. Si vous estimez les propos de @d_sopo racistes, saisissez la justice au nom des lois antiracistes que vous voulez abroger depuis 40 ans ! (...) Réclamer d’une association que son parti vomit un tel soutien c’est Tartuffe à confesse ! ».

Hum, on laisse juges nos lecteurs... Enfin, le principal est que les masques tombent et ceux qui en doutait encore peuvent désormais goutter la profonde et viscérale vocation de ces deux associations anti...racistes !

Radinrue.com

 
A propos de RADIN RUE
®© 1982 - 2020 Radin Rue — ISSN 2270-5864 — Radin Rue a été fondé en 1982 sous format papier, depuis 2001 Radin Rue ne paraît plus sous format imprimé. Il est publié sur internet depuis le 22 décembre 1997 et en tant que www.radinrue.com depuis 24 septembre 2000. Ce site est dépendant de la (...)
En savoir plus »