mercredi, 21 octobre 2020|

37 visiteurs en ce moment

 

Allemagne : le jugement sur l’euthanasie est une "réévaluation des valeurs"

La Cour constitutionnelle fédérale allemande de Karlsruhe a décidé ce mercredi d’autoriser le suicide assisté en censurant une loi de 2015 sur ce sujet. Les Églises catholique et protestante allemandes ont protesté vigoureusement contre cette décision qui tourne le dos à la promotion de la vie. Le représentant de la Conférence des évêques allemands auprès des institutions politiques allemandes.

www.radinrue.com le XXVI - II - MMXX, 17:10, VN, entretien réalisé pour VN par Mario Galgano

Mgr. Karl Jüsten, le représentant officiel de l´Église catholique auprès des institutions politiques à Berlin, nous explique la position de l’Église allemande.

Mgr Jüsten, pourquoi la décision de Karlsruhe n’est-elle pas acceptable d’un point de vue catholique ?

Nous considérons le jugement comme une réévaluation des valeurs. Jusqu’à présent, l’objectif le plus élevé a en fait toujours été la protection de la vie, ce qui a été confirmé à maintes reprises par la Cour constitutionnelle fédérale de Karlsruhe. Pour la première fois, nous disposons d’un jugement dans lequel la protection de la vie n’est plus la priorité absolue, mais plutôt le droit de décision de l’individu au suicide. C’est là le véritable changement de paradigme et, à mon avis, le véritable problème de ce jugement.

Dans les pays voisins comme les Pays-Bas et surtout en Suisse, il existe déjà une expérience avec des organisations d’euthanasie légale. Jusqu’à présent, il est même arrivé que des Allemands se rendent en Suisse pour y mourir. Ces personnes ont déclaré qu’elles voulaient le faire parce qu’elles voulaient décider elles-mêmes quand et comment elles devaient mourir. Comprenez-vous cela ?

Tout d’abord, les pays étrangers en particulier montrent que de telles réglementations créent des incitations et que les gens s’ôtent ainsi la vie. En tant qu’Église, nous préconisons toujours d’aider les personnes qui sont fatiguées de la vie, afin qu’elles puissent trouver le courage de vivre à nouveau et de revenir à une vie normale. Pour nous, le suicide n’est donc pas l’ultima ratio - le dernier recours - mais c’est toujours une défaite, car il faut toujours aider les gens à retrouver une vie normale.

Après tout, l’Église catholique s’appuie avant tout sur les soins palliatifs. Pourquoi ce type de soins médicaux est-il si négligé ? Y a-t-il un manque de volonté politique ?

Nous avons réalisé des améliorations considérables dans le domaine des soins palliatifs au cours des dernières années. Ces mesures commencent lentement à produire leurs effets. C’est pourquoi je ne comprends pas cette décision de justice, à savoir qu’il n’y a pas d’examen initial pour savoir s’il y a d’autres moyens de soulager les souffrances des gens. Dans l’ensemble, nous y sommes favorables et nous nous efforçons de promouvoir les soins palliatifs dans les hôpitaux et les hospices catholiques.

Qu’espérez-vous maintenant après cette décision à Karlsruhe ? Qu’attendez-vous de la société allemande à cet égard ?

Dans l’ensemble de la société allemande, nous avons toujours un très haut niveau de protection de la vie. Les gens ont toujours le sentiment qu’ils ne devraient pas eux-mêmes quitter la vie par suicide. Cela doit être soutenu et renforcé globalement, afin que nous apportions notre aide et notre main lorsqu’ils meurent, mais pas pour qu’ils meurent. Nous voulons aider le processus de mort, mais pas aider au meurtre lui-même ni l’encourager. Un autre point est que nous devons parler aux tribunaux. Je trouve assez effrayant que la Cour constitutionnelle fédérale se soit écartée de la tradition à ce stade et ait ainsi introduit un changement de paradigme. Il me semble que c’est le problème le plus important. Parce que le législateur avait en fait trouvé une très bonne approche au cours de la dernière législature et que le législateur est en fait le miroir de la société. Je vois donc le principal problème ailleurs.

rr/VN

 
A propos de RADIN RUE
®© 1982 - 2020 Radin Rue — ISSN 2270-5864 — Radin Rue a été fondé en 1982 sous format papier, depuis 2001 Radin Rue ne paraît plus sous format imprimé. Il est publié sur internet depuis le 22 décembre 1997 et en tant que www.radinrue.com depuis 24 septembre 2000. Ce site est dépendant de la (...)
En savoir plus »