lundi, 30 novembre 2020|

39 visiteurs en ce moment

 

Le pape François rencontrera les familles des victimes de l’attaque de la basilique de Nice

Suite au triple assassinat perpétré par un islamiste tunisien dans la Basilique Notre-Dame de l’Assomption, le Saint-Père François devrait rencontrer les familles des trois victimes. Peu avant l’information d’une telle rencontre avait été donnée par le maire de Nice.

www.radinrue.com le VIII - XI - MMXX, PHOTO : Portraits de Nadine Devillers, Vincent Loques et Simone Barreto Silva.
Crédit : Capture d’écran lors de la diffusion de la Cérémonie de mémorial des victimes de l’attentat de Nice le 7 novembre 2020.

Juillet 2016, le pape avait déjà rencontré les familles de plusieurs victimes de l’attentat islamiste qui se déroula sur la Promenade des Anglais.

Le 4 novembre dernier, dans ce temps de la Toussaint et des prières pour les fidèles défunts le pape François avait déclaré : « En ces jours de prière pour les morts, nous nous sommes souvenus et nous nous souvenons encore des victimes sans défense du terrorisme, dont l’escalade de cruauté se répand dans toute l’Europe », (...) je pense à « la grave attaque de ces derniers jours à Nice dans un lieu de culte, et à l’attentat dans les rues de Vienne hier, qui a provoqué la consternation et la désapprobation de la population ainsi que de ceux qui ont à cœur la paix et le dialogue ». Le Saint-Père a ainsi souligné « Je confie à la miséricorde de Dieu les personnes qui ont tragiquement disparu et j’exprime ma proximité spirituelle à leurs familles et à tous ceux qui souffrent à la suite de ces événements regrettables, qui cherchent à compromettre par la violence et la haine la coopération fraternelle entre les religions ».

Le 5 novembre dernier l’agence de presse de la Conférence épiscopale italienne SIR annonçait que le pape allait rencontrer les familles des trois victimes de la Basilique Notre-Dame de l’Assomption : elles seront accompagnées du maire de la ville, Christian Estrosi, et de Paolo Celi, président de l’association Amitié France Italie (AFI). Désormais nous avons la confirmation d’une telle rencontre de sources très proches du pape.

Samedi, hier, le maire de Nice annonçait qu’il contribuerait à réaliser l’un des plus grands rêves des victimes : rencontrer le pape.

« Chère Nadine… avec votre mari Joffrey… je réaliserai vos plus grands rêves en allant à Rome avec les autres familles pour rencontrer le pape François », a déclaré le maire au mémorial en plein air diffusé en direct à Nice le 7 novembre.

Nadine Devillers, 60 ans, a été la première des trois victimes d’un attentat au couteau dans la basilique de Nice. Elle a été retrouvée près du bénitier avec une blessure mortelle à la gorge, la tête quasiment décapitée.

Son mari Joffrey Devillers a parlé, dans un interview accordé à Nice Matin, avec tendresse du « magnifique sourire » de Nadine, de leur beau mariage... Il a également déclaré que rencontrer le pape avait été l’un des « plus grands rêves » de sa défunte femme. « C’était l’un de ses plus grands rêves que je suis maintenant le seul à pouvoir réaliser », a t-il déclaré.

Lors du mémorial national, le Premier ministre français Jean Castex a remis la Médaille de reconnaissance des victimes du terrorisme devant un grand portrait de Nadine dans sa robe de mariée. Il a également rendu hommage aux deux autres victimes : Vincent Loques et Simone Barreto Silva.

Le Premier ministre a déclaré que Simone Barreto Silva allait prier à la basilique presque tous les matins. La mère de 44 ans, originaire du Brésil, laisse trois enfants. Elle a été attaquée à l’intérieur de la basilique avant de se réfugier dans un café voisin, où elle est décédée des suites des coups de couteau qu’elle avait reçu. Certains ont rapportés qu’un témoin l’a entendue dire avant de mourir : « Dites à mes enfants que je les aime ».

L’une des chansons préférées de Simone, « Toda menina baiana », du musicien brésilien Gilberto Gil a été jouée au mémorial, qui a été diffusée en direct .

Vincent Loques, le sacristain de la basilique Notre-Dame de l’Assomption de Nice, a été tué la veille de son 55e anniversaire. Il était père de deux filles et avait servi la basilique pendant plus de 10 ans.

« Il a été exceptionnel lorsqu’il s’agissait de préparer la crèche de Noël. J’imagine ce que ressentiront tous ceux qui essaieront de le remplacer dans cette tâche », a déclaré le Premier Ministre Castex lors de cette célébration de Mémoire.

D’autres autorités gouvernementales, dont l’ancien président Nicolas Sarkozy, étaient présentes à la cérémonie nationale.

« Le terrorisme attaque ce que nous sommes, ce qui fait notre identité, notre liberté, notre culture et enfin nos vies. L’ennemi, nous le connaissons, non seulement il est identifié, mais il a un nom, l’islamisme radical », a déclaré le Premier ministre Castex.

Des messes funéraires privées ont été offertes pour Vincent Loques et Simone Barreto Silva dans la Basilique Notre-Dame de Nice. Nadine Devillers n’a pas encore été enterrée en raison de son autopsie pour l’enquête en cours sur l’attaque.

Le Président de la Conférence Episcopale des Evêques de France, qui alors que les messes ne peuvent être célébrées en France en public, suite au choix de l’exécutif vis-à-vis de la lutte anti Covid-19, a dû célébrer la messe dominicale en studio, au lieu de Lourdes, chez les Dominicains en direct sur “Le Jour du Seigneur” — France 2 - à célébré l’Eucharistie en mémoire des Trois Victimes.

Au total, 11 personnes ont été placées en garde à vue puis relâchées dans le cadre de l’enquête antiterroriste. Le criminel est un musulman islamiste venu de Tunisie en passant par l’Italie. Il s’agit de v Brahim Aouissaoui, 21 ans, qui après son crime a été blessé par les policiers et hospitalisé. La garde à vue d’un mineur de 17 ans, interpellé mercredi après-midi en Seine-Saint-Denis dans l’enquête sur l’attaque mortelle au couteau dans la basilique de Nice, a été levée, a appris l’AFP samedi 7 novembre de source judiciaire. Vendredi, Brahim Aouissaoui, grièvement blessé lors de son interpellation et également testé positif au coronavirus, a été transféré par avion et sous haute sécurité de Nice à Paris.

Suite au confinement actuel mis en place par la France, pour la seconde fois consécutive on ne sait pas quand les familles des victimes de l’attaque de Nice se rendront à Rome pour rencontrer le pape.

radinrue.com

 
A propos de RADIN RUE
®© 1982 - 2020 Radin Rue — ISSN 2270-5864 — Radin Rue a été fondé en 1982 sous format papier, depuis 2001 Radin Rue ne paraît plus sous format imprimé. Il est publié sur internet depuis le 22 décembre 1997 et en tant que www.radinrue.com depuis 24 septembre 2000. Ce site est dépendant de la (...)
En savoir plus »