mardi, 26 mai 2020|

31 visiteurs en ce moment

 

Il est impensable que les gouvernements "excommunient" les fidèles du monde en les privant de Sacrements

Le Cardinal Robert Sarah, Préfet de la Congrégation pour le Culte Divin et la Discipline des sacrements a souligner que personne ne pouvait priver un prêtre de donner l’accès aux fidèles à l’Eucharistie ou à la confession ; mais cet accès doit se tenir sans profanation. En cela le cardinal a souligné que si les fidèles ne peuvent pas assister à la sainte Messe ils doivent avoir la possibilité de communier et de se confesser. Le Cardinal Sarah a plus particulièrement développé son propos en se référent sur la situation italienne, où les messes ne peuvent plus se tenir depuis deux mois. Par ailleurs, comme en France, les décrets du gouvernement italien empêchent toujours la restauration du culte actif dans les églises. Une situation qui est identique dans plusieurs pays du monde et qui commence à poser de sérieuses question quant au respect du Droit de Croire et de Pratiquer sa Foi.

www.radinrue.com le II - V - MMXX, 15:23, par Justyn Wallône et Petra Famolle ;

Face à de plus en plus d’articles et de relais médiatiques quant aux diverses réactions de chrétiens vis-à-vis des restrictions imposées au cultes, le Cardinal Sarah a pris la parole.

Le cardinal a déclaré que le retour de l’Eucharistie ne peut pas l’être au prix de la profanation. Le saint Sacrement doit-être traité d’une manière emprunte de respect et de dignité envers Dieu. Il demeure donc irrecevable que les hosties soient disponibles sous emballages plastiques sous forme d’auto-service ou de communion "à emporter". « Nous en pouvons pas traiter l’Eucharistie comme un objet banal. Nous ne sommes pas dans un supermarché. » a déclaré le cardinal Sarah pour le site internet “Nuova Bussola Quotidiana”.

" Dieu mérite le respect, vous ne pouvez pas le mettre dans un sac. Je ne sais pas qui a pensé cette absurdité, mais s’il est vrai que la privation de l’Eucharistie est certainement une souffrance, on ne peut pas négocier sur la manière de communiquer. Nous communiquons avec dignité, digne de Dieu qui vient à nous. L’Eucharistie doit être traitée avec foi, nous ne pouvons pas la traiter comme un objet insignifiant, nous ne sommes pas au supermarché. C’est totalement fou."

En outre Monseigneur Sarah a souligner que l’Eglise poursuit toujours la possibilité de communier de deux manières : dans la amin ou dans la bouche, et le choix de la forme appartient au fidèle.

Lorsque le journaliste lui dit que "quelque chose comme ça a été fait en Allemagne, la réponse du cardinal est cinglante : “Malheureusement, beaucoup de choses se font en Allemagne qui n’ont plus rien de catholique, mais cela ne signifie pas que nous devons les imiter. Récemment, j’ai entendu un évêque dire qu’à l’avenir il n’y aura plus d’assemblées eucharistiques, seulement la liturgie de la Parole. Mais c’est le protestantisme !”

EN FRANCE : le Premier Ministre a annoncé ce 28 avril 2020 que les célébrations avec assemblées ne pourraient reprendre qu’à partir du 2 juin, même si les lieux de cultes pourraient rester ouverts comme ils le sont actuellement, que la liturgie des obsèques pourrait toujours être célébrée, tant dans les églises que dans les cimetières, en limitant le nombre de participants à 20.

Les Conférences Épiscopales devraient se battre pour la réouverture des messes au public, même avec un nombre restreint de fidèles et non négocier avec les gouvernements al manière de distribuer la communion, il s’agit là aussi d’une situation qui préoccupe le cardinal.

"lI y a deux questions qui doivent être absolument clarifiées. Premièrement, l’Eucharistie n’est pas un droit ou un devoir : c’est un don que nous recevons librement de Dieu et que nous devons accueillir avec vénération et amour. Le Seigneur est une personne, personne n’accueillerait la personne qu’il aime dans un sac ou autrement d’une manière indigne. La réponse à la privation de l’Eucharistie ne peut être une profanation. C’est vraiment une question de foi, si nous le croyons, nous ne pouvons pas le traiter indignement". Ensuite Monseigneur Sarah ajoute : "Personne ne peut empêcher un prêtre d’avouer et de donner la communion, personne ne peut l’empêcher. Le sacrement doit être respecté. Ainsi, même s’il n’est pas possible d’assister aux messes, les fidèles peuvent demander à se confesser et à recevoir la communion".

Son Éminence a aussi avertit à ce que les fidèles ne s’habitue pas aux liturgies à la télévision ou sur internet, « On ne peut pas s’y habituer, Dieu s’est incarné, il est chair et sang, il n’est pas une réalité virtuelle. Il est également très trompeur pour les prêtres. Dans la messe, le prêtre doit regarder Dieu, au lieu de cela il s’habitue à regarder la caméra, comme s’il s’agissait d’un spectacle. Nous ne pouvons pas continuer comme ça. »

Enfin face aux attaques contre l’Eucharistie ( communion des divorcés remariés, tentatives de désacraliser le Corps et le Sang du Christ pour se "rapprocher" des protestants, et maintenant Coronavirus, Mgr Sarah répond sans emballages :“ Cela ne devrait pas nous surprendre. Le diable attaque fortement l’Eucharistie parce qu’elle est le cœur de la vie de l’Église. Mais je crois, comme je l’ai déjà écrit dans mes livres, que le cœur du problème est la crise de foi des prêtres. Si les prêtres sont conscients de ce qu’est la Messe et de ce qu’est l’Eucharistie, certaines manières de célébrer ou certaines hypothèses sur la communion ne viendraient même pas à l’esprit. Jésus ne peut pas être traité comme ça.

radinrue.com

 
A propos de RADIN RUE
®© 1982 - 2020 Radin Rue — ISSN 2270-5864 — Radin Rue a été fondé en 1982 sous format papier, depuis 2001 Radin Rue ne paraît plus sous format imprimé. Il est publié sur internet depuis le 22 décembre 1997 et en tant que www.radinrue.com depuis 24 septembre 2000. Ce site est dépendant de la (...)
En savoir plus »