lundi, 30 novembre 2020|

41 visiteurs en ce moment

 

La Toussaint se célèbre le 1er novembre, la veille du jour de la commémoration des fidèles défunts, le 2 novembre

Fête de la Toussaint, le 1er Novembre.
La Toussaint se célèbre le 1er novembre, la veille du jour de la commémoration des fidèles défunts, le 2 novembre, où l’on prie pour les morts. La Toussaint est une fête joyeuse, c’est la fête de la communion des saints, c’est-à-dire de tous ceux, vivants ou morts, qui sont déjà réunis en Dieu par la foi.

www.radinrue.com le XXX-X-MMXX, 15:40

La fête de tous les saints nous rappelle que le but de notre existence n’est pas la mort, mais bien la vie, la vie éternelle. Nous fêtons la foule immense des saints connus et inconnus qui vivent auprès de Dieu et intercèdent pour nous. Ils sont l’Église du ciel et le lieu par excellence de la communion avec les saints est l’Eucharistie (missel).

La sainteté qui nous est offerte est un don de Dieu qui demande de notre part une participation active. L’Église est « communion des saints », car nous croyons à la communion des vivants qui sont fidèles au Christ, des défunts qui achèvent leur purification et des bienheureux du ciel (CEC960).

La communion des saints s’étend donc aussi à tous ceux qui sont morts dans la paix du Christ (prière eucharistique IV), c’est pour cela que, dès les premiers temps, l’Église a entouré avec beaucoup de piété la mémoire des défunts, offrant pour eux ses prières. À chaque eucharistie, l’Église prie donc pour tous ceux qui se reposent dans le Christ ainsi que tous les morts dont seul le Seigneur connaît la foi (PE IV) et tous ceux qui ont quitté cette vie. Le Christ, notre unique espérance nous unit les uns aux autres par le mystère de son amour, dans le mystère pascal de sa mort et de sa résurrection. Dans la lumière de la Toussaint, le jour suivant les familles se rendent au cimetière pour honorer et prier leurs proches disparus ; les ministres ordonnés les accompagnent pour bénir les tombes et leur rappeler l’espérance chrétienne.

La pastorale des funérailles missionnaire est tournée vers l’espérance, vers le Dieu de la vie. Elle s’enracine dans cette foi de l’Église pour témoigner du mystère pascal du Christ, la vivre comme chemin d’évangélisation par notamment l’accueil des familles, consoler dans cette œuvre de miséricorde les familles endeuillées dont les cœurs sont éprouvés, déchirés par la perte d’un être cher et semer les graines d’espérance et de vie qui nous sont données par Celui qui est le chemin, la vérité et la vie ; ce qui est semé il le fera croître car le Seigneur est proche de l’esprit abattu, du cœur brisé et broyé.

Le service diocésain, en lien avec notre évêque ainsi que tous les acteurs du diocèse, internes mais aussi externes tel que les opérateurs funéraires, prend un soin particulier à la formation des officiants laïcs qui reçoivent une lettre de mission renouvelable. En cette année de l’Esprit-Saint, dans la dynamique de Mission Azur, la formation prendra la forme d’un parcours, celui de l’École des Témoins, pour approfondir la foi et témoigner le mystère pascal de la mort et de la résurrection du Christ. Je demande donc à tous les officiants de s’inscrire au plus vite. Ils sont une centaine qui célèbrent les funérailles en paroisse. Ils sont présents également aux crématoriums de Nice et de Cannes sous la responsabilité de Marc Chaffarod et de Jean-Philippe Trésarrieu, ainsi que dans les athanées. Leur engagement, leur sens de la mission sont remarquables, et notre équipe tient chaleureusement à les remercier.
Cette année, chacun de nous a été éprouvé par la covid pendant le confinement, en particulier dans ses habitudes. Cette crise sanitaire a ajouté une épreuve supplémentaire aux familles endeuillées, celle de ne pas avoir de célébration. L’Église des Alpes-Maritimes a su créer une solidarité envers ces familles en célébrant directement au cimetière, ou faisant après le confinement des célébrations eucharistiques pour les familles qui n’ont pu accompagner leurs défunts. Les célébrations ont pu continuer sans interruption au crématorium de Cannes grâce à la présence de prêtres et diacres remplaçant les officiants de plus de 70 ans, alors un grand merci à chacun d’eux.

L’église paroissiale est le lieu normal des funérailles. Pour que chaque famille puisse être accompagnée, l’Église est présente dans les athanées, funérariums, reposoirs et crématoriums. Nous rappelons que dans l’espérance chrétienne de la résurrection et le caractère sacré du corps humain qui a été « Temple de l’Esprit », elle privilégie l’inhumation. Dans les cas d’incinération, il n’est pas permis de disperser les cendres ou de les déposer ailleurs que dans un columbarium où une tombe.
« Ce que nous serons n’a pas été encore manifesté. Nous savons que lors de cette manifestation nous lui serons semblables, parce que nous le verrons tel qu’il est » (1Jn3,2).”

Diacre Christian Coupaye
Responsable diocésain à Nice de la Pastorale de funérailles

RAPPEL : Suite aux annonces du Gouvernement le 28 octobre, Radin Rue rappelle que nous pouvons célébrer la solennité de la Toussaint ce dimanche 1er novembre. En revanche, à partir de dimanche soir, nous ne pourrons pas célébrer la messe en public ni le dimanche, ni en semaine.
Les cimetières sont ouverts. Nous pouvons y bénir les tombes dimanche.

Quelques idées pour fêter et vivre la Toussaint en famille

Se souhaiter bonne fête ce jour là et partager l’histoire des saints patrons des uns et des autres. Les parents peuvent expliquer aux enfants le choix de leur prénom ou de leur 2ème, voire 3ème prénom.

C’est peut-être aussi l’occasion de parler des défunts de la famille avec les prénoms même s’il ne faut pas confondre la Toussaint avec le 2 novembre où l’on commémore les défunts des familles. Mais certains iront sans doute au cimetière en famille le jour de la Toussaint. Et c’est aussi une manière de dire l’Espérance des chrétiens, la foi en la résurrection.

Ecrire une prière en famille.

Lire l’histoire d’un saint, regarder une vidéo sur l’histoire d’un saint.

Fabriquer une petite carte sur l’histoire d’un saint, à envoyer à une personne qui porte ce prénom ou à garder.

Le jour de la Toussaint, à la messe nous lisons le récit des béatitudes dans l’Evangile de saint Matthieu. Le raconter aux enfants.

Et bien sûr rejoindre les autres fidèles catholiques pour la messe de la Toussaint. Et en reparler en famille.

radinrue.com

 
A propos de RADIN RUE
®© 1982 - 2020 Radin Rue — ISSN 2270-5864 — Radin Rue a été fondé en 1982 sous format papier, depuis 2001 Radin Rue ne paraît plus sous format imprimé. Il est publié sur internet depuis le 22 décembre 1997 et en tant que www.radinrue.com depuis 24 septembre 2000. Ce site est dépendant de la (...)
En savoir plus »