vendredi, 23 octobre 2020|

31 visiteurs en ce moment

 

TURQUIE - Inacceptable appel du Président turc aux minorités religieuses pour leur demander de soutenir les opérations militaires turques en Syrie

www.radinrue.com le IX-III-MMXX, 14:20

Le Bureau chargé de la communication du Président turc, Recep Tayyip Erdogan, a envoyé aux fondations dépendant des communautés religieuses minoritaires une demande leur intimant de souscrire un document de soutien inconditionné au gouvernement et à l’armée turcs alors que se poursuivent les opérations militaires du contingent turc dans la province syrienne d’Idlib.

Selon ce qu’indique Agos, publication bilingue turc et arménien publiée à Istanbul, le texte à signer envoyé aux fondations des minorités religieuses contiendrait la phrase suivante : « Nous affirmons face au monde que nous continuerons à soutenir notre gouvernement et notre armée alors qu’ils s’efforcent de maintenir la paix dans la région et que, si nécessaire, nous combattrons à leurs côtés ». Agos indique que certains représentants des fondations auraient demandé des modifications au texte du document qui leur a été transmis par les collaborateurs du Président Erdogan avec la demande péremptoire de le signer.

Cet appel demeure inacceptable, les Eglises chrétiennes notamment, n’ont en aucun cas à se rendre solidaire d’actions armées, c’est dans tous les cas l’avis de Radin Rue.

Agos est un hebdomadaire bilingue, rappelle Wikipédia qui stipule qu’il est « publié en arménien et en turc. Il est édité à Istanbul en Turquie depuis le 5 avril 1996. Il comprend douze pages, dont deux en arménien, et est diffusé à cinq mille exemplaires et paraît les vendredis.

Créé en premier lieu pour servir les membres de la communauté arménienne du pays qui ne pouvaient suivre la presse turque en langue arménienne (Jamanak et Nor Marmara (en)) en raison de ses méconnaissances linguistiques, Agos devint rapidement la fenêtre s’ouvrant sur le large public en Turquie grâce à l’usage du turc comme langue de publication. Ajoutant plusieurs chroniqueurs non arméniens parmi ses contributeurs, il devint aussi l’ardent défenseur de la démocratisation du pays dans le cadre de son processus d’adhésion au sein de l’Union européenne, estimant que seul ce processus permettrait la création d’une atmosphère de réconciliation du peuple turc avec le peuple arménien.

Ses positions n’ont pas manqué d’attirer les foudres des milieux ultra-nationalistes turcs et, finalement, son rédacteur en chef Hrant Dink fut assassiné le 19 janvier 2007 devant les locaux du journal. Depuis, son poste est occupé par Etyen Mahçupyan.

Le 11 octobre 2007, Arat Dink, fils de Hrant Dink, et Serkis Seropyan, collaborateurs de l’hebdomadaire, sont reconnus coupables d’avoir « insulté l’identité turque » et, à ce titre, condamnés à un an de prison avec sursis par un tribunal turc, en vertu de l’article 301 du Code pénal turc, pour avoir reproduit, au cours de l’été 2007, dans les colonnes d’Agos, une partie des propos de Hrant Dink qui avaient valu à celui-ci les poursuites judiciaires qui ne s’étaient interrompues qu’avec son assassinat. »

radinrue.com / avec fides

 
A propos de RADIN RUE
®© 1982 - 2020 Radin Rue — ISSN 2270-5864 — Radin Rue a été fondé en 1982 sous format papier, depuis 2001 Radin Rue ne paraît plus sous format imprimé. Il est publié sur internet depuis le 22 décembre 1997 et en tant que www.radinrue.com depuis 24 septembre 2000. Ce site est dépendant de la (...)
En savoir plus »