lundi, 16 décembre 2019|

39 visiteurs en ce moment

 

Voyage du Pape en Thaïlande et au Japon

Pour son 32e voyage apostolique, le Pape se rendra en Thaïlande et au Japon du 19 au 26 novembre 2019. Ce voyage , aux multiple enjeux, sera placé sous le signe de la paix du dialogue interreligieux et de l’évangélisation.

www.radinrue.com le XIX- XI - MMXIX, 13h40, avec News.va /cef/ kto/ rr

Du 20 au 22 novembre prochain, le pape se rendra en Thaïlande où il soutiendra la communauté catholique, minoritaire dans ce pays largement bouddhiste (95%). Article du Service de la Mission universelle.

a Thaïlande est un pays d’Asie du Sud-est avec une population de 66 millions d’habitants. Le bouddhisme est la religion dominante : 95% des habitants. Les groupes minoritaires sont les chrétiens, les musulmans et les Sikhs. Les catholiques sont au nombre de 368 000, soit moins de 0,5% du total. Il y a 11 diocèses dans le pays. Cette année, l’Église a célébré le 350e anniversaire du Concile de Siam en 1669 qui a constitué le point de départ officiel de l’Église dans ce qui était alors le Royaume de Siam.

La seule visite d’un pape a eu lieu en mai 1984 lorsque Jean-Paul II a passé deux jours ici. Maintenant, 35 ans ont passé, et le pape François viendra nous visiter du 20 au 23 novembre. Il a trois objectifs : visiter et encourager la petite Église catholique en Thaïlande, deuxièmement il veut promouvoir le dialogue inter-religieux et finalement, comme dans toutes ses visites, il veut construire des ponts de compréhension et d’amour entre les différentes cultures.

Que pourrions-nous dire au pape François au sujet de l’Église catholique en Thaïlande ? D’abord nous pourrions faire mémoire des premiers missionnaires. Dans les années 1600 et suivantes, la Congrégation romaine Propaganda Fide a envoyé des missionnaires pour annoncer l’Évangile, le message central de l’amour mutuel. Bien que d’autres religieux avaient été présents dans le pays avant eux, ce sont les membres des Missions Étrangères de Paris qui ont été les premiers à être envoyés officiellement par Rome. Ces missionnaires ont mis en pratique leur message non seulement en prêchant et en construisant des églises-bâtiments, mais aussi en ouvrant des hôpitaux et des écoles. Ceci a porté un témoignage puissant de l’amour de Dieu porté par des gens de foi profonde au travers des siècles.

Les services rendus le furent au bénéfice de tous, spécialement des pauvres, et l’Église continue de planter ces semences comme un témoignage du Royaume de Dieu. Deuxièmement, dans la diversité des religions, des ethnies, des langages et des cultures, l’Église a été un levier important de dialogue, spécialement dans le domaine des religions. Elle a été un lieu pertinent pour un dialogue entre les diverses religions du pays. Des mouvements tels que les Focolari promeuvent le dialogue inter-religieux et les rencontres de prières entre personnes de fois différentes. Troisièmement, ce pays est clairement un pays où la religion, spécialement le bouddhisme, constitue une part essentielle de la culture. Par nature, de nombreux Thaïs sont des personnes religieuses et elles sont donc ouvertes à un message d’amour fraternel et de vie pacifique. Enfin, les Thaïs sont des personnes pétries de compassion et d’ouverture. Elles accueillent volontiers d‘autres religions et sont respectueuses et ouvertes d’esprit. Ceci a permis à l’Église d’exister pacifiquement dans le pays pour l’essentiel des 350 dernières années.

L’Église catholique en Thaïlande fait bien sûr aussi face à des difficultés et à des défis. Toute mission rencontre des obstacles. Certains d’entre eux remontent à loin. Les missionnaires ont été envoyés par le pape pour annoncer la bonne nouvelle à tous les peuples de la terre, y compris au Siam. Parfois ces missionnaires n’ont pas témoigné d’un grand amour fraternel entre membres des diverses congrégations religieuses et ceci a été un obstacle majeur pour l’évangélisation. Parfois l’objectif de la conversion des personnes thaïes a paru plus important que le dialogue. Cette mentalité a peut-être permis de donner de la motivation aux missionnaires de ce temps-là mais cela n’était pas bon pour les Thaïs qui avaient déjà une belle culture religieuse propre à eux. Car il n’est pas possible de communiquer avec quelqu’un ou d’entrer en dialogue avec lui si vous rejetez complètement ses valeurs religieuses.

Un autre défi pour l’Église catholique thaïlandaise consiste dans une inculturation plus authentique. Le bouddhisme par exemple n’est pas né en Thaïlande mais il est entré dans le cœur du peuple thaï car il a été capable de s’adapter à sa culture. Le christianisme n’est pas né non plus en Thaïlande, mais pour de nombreux Thaïs, il constitue encore une religion étrangère. Les Thaïs voient souvent le Christ, et les symboles et cérémonies de l’Église catholique, comme des réalités étrangères. Voilà l’un des défis auxquels nous sommes confrontés.

Le pays se prépare pour la visite du pape François, et les catholiques de plus de 40 ans se souviennent de la visite du pape Jean-Paul II dans le Royaume. L’un des résultats de cette visite est que le people thaï a commencé de se demander : qui sont ces chrétiens ? Auparavant, ces chrétiens étaient silencieux et pas très visibles dans l’action. Le pape Jean-Paul II a donné un profil aux chrétiens en Thaïlande. Maintenant des personnes de plus en plus nombreuses savent que les chrétiens sont des frères et sœurs d’une foi différente.

La prochaine visite du pape François va à nouveau confirmer l’identité des chrétiens thaïs comme des personnes qui tentent d’apporter une lumière dans le monde au travers de leurs bonnes actions. Ce service à toutes les personnes thaïes est un témoignage de la présence de Dieu qui aime tous ses fils et filles. La visite du pape François soulignera une fois encore l’importance du dialogue inter-religieux qui ne peut être que le fruit de la foi profonde des croyants. Sans dialogue et respect mutuel, la paix au sein de l’humanité ne restera qu’un objectif lointain. La présence du pape en Thaïlande est un beau “signe des temps” pas seulement pour les leaders religieux thaïs mais pour les croyants de toute obédience religieuse en Asie du Sud-est.

Fr. John Baptist Werasak Yongsripanithan
Prêtre Karen (diocèse de Chiang Mai), enseignant de philosophie au grand Lieu de formation des futurs prêtres.séminaire de Bangkok
Novembre 2019
(traduction : Antoine Sondag)

Transmission par Vatican Media en "direct" :

Martedì, 19 novembre 2019

ROMA-BANGKOK

19:00 Partenza in aereo dall’Aeroporto di Roma/Fiumicino per Bangkok
Incontro del Santo Padre con i giornalisti durante il volo diretto a Bangkok

Mercoledì, 20 novembre 2019

ROMA-BANGKOK

12:30 Arrivo al Military Air Terminal 2 di Bangkok
12:30 Accoglienza ufficiale al Military Air Terminal 2 di Bangkok

Giovedì, 21 novembre 2019

BANGKOK

9:00 Cerimonia di benvenuto nel cortile della Government House
9:15 Incontro con il Primo Ministro nella “Inner Ivory Room” della Government House
9:30 Incontro con le Autorità, con la Società Civile e il Corpo Diplomatico nella Sala “Inner Santi Maitri” della Government House
10:00 Visita al Patriarca Supremo dei Buddisti al Wat Ratchabophit Sathit Maha Simaram Temple
11:15 Incontro con il Personale Medico del St. Louis Hospital
12:00 Visita privata ai malati e persone disabili al St. Louis Hospital
Pranzo nella Nunziatura Apostolica
17:00 Visita Privata a Sua Maestà il Re Maha Vajiralongkorn “Rama X” all’Amphorn Royal Palace
18:00 Santa Messa nello Stadio Nazionale

Venerdì, 22 novembre 2019

BANGKOK

10:00 Incontro con i Sacerdoti, Religiosi/e, Seminaristi e Catechisti nella Parrocchia di San Pietro
11:00 Incontro con i Vescovi della Thailandia e della FABC nel Santuario del Beato Nicolas Bunkerd Kitbamrung
11:50 Incontro privato con i Membri della Compagnia di Gesù in una sala adiacente il Santuario
Pranzo nella Nunziatura Apostolica
15:20 Incontro con i leader cristiani e di altre religioni alla Chulalongkorn University
17:00 Santa Messa con i giovani nella Cattedrale dell’Assunzione

Sabato, 23 novembre 2019

BANGKOK-TOKYO

9:15 Cerimonia di congedo al Military Air Terminal 2 di Bangkok
9:30 Partenza in aereo per Tokyo
17:40 Arrivo all’Aeroporto di Tokyo-Haneda
17:40 Cerimonia di benvenuto all’Aeroporto di Tokyo-Haneda
18:30 Incontro con i Vescovi nella Nunziatura Apostolica

Domenica, 24 novembre 2019

TOKYO-NAGASAKI-HIROSHIMA-TOKYO

7:20 Partenza in aereo per Nagasaki
9:20 Arrivo all’Aeroporto di Nagasaki
10:15 Messaggio sulle armi nucleari all’Atomic Bomb Hypocenter Park
10:45 Omaggio ai Santi Martiri al Monumento dei Martiri - Nishizaka Hill
Angelus
Pranzo in Arcivescovado
14:00 Santa Messa allo Stadio di Baseball
16:35 Partenza in aereo per Hiroshima
17:45 Arrivo all’Aeroporto di Hiroshima
18:40 Incontro per la pace al Memoriale della Pace
20:25 Partenza in aereo per Tokyo
21:50 Arrivo all’Aeroporto di Tokyo-Haneda

Lunedì, 25 novembre 2019

TOKYO

10:00 Incontro con le vittime del triplice disastro a “Bellesalle Hanzomon”
Visita privata all’Imperatore Naruhito al Palazzo Imperiale
11:45 Incontro con i giovani nella Cattedrale di Santa Maria
Pranzo con il Seguito Papale nella Nunziatura Apostolica
16:00 Santa Messa nel Tokyo Dome
Incontro con il Primo Ministro a Kantei
Incontro con le Autorità e il Corpo Diplomatico a Kantei

Martedì, 26 novembre 2019

TOKYO-ROMA

7:45 Santa Messa in privato con i Membri della Compagnia di Gesù nella Cappella del Kulturzentrum della Sophia University
Prima colazione e incontro privato con il Collegio Massimo nella Sophia University
9:40 Visita ai sacerdoti anziani e ammalati nella Sophia University
10:00 Visita alla Sophia University
11:20 Cerimonia di congedo all’Aeroporto di Tokyo-Haneda
11:35 Partenza in aereo per Roma/Fiumicino
17:15 Arrivo all’aeroporto di Roma/Fiumicino

Fuso orario
Roma : +1h UTC
Bangkok : +7h UTC
Tokyo : +9h UTC
Nagasaki : +9h UTC
Hiroshima : +9h UTC

Card. Parolin : le Pape en Thaïlande et au Japon avec l’Évangile de vie et de paix

Dans une interview accordée à l’Osservatore Romano et Vatican News lundi 18 novembre, le cardinal Parolin analyse les enjeux du voyage imminent du Pape François en Thaïlande et au Japon. L’annonce de l’Évangile, le dialogue interreligieux, l’attention à la personne, le soin de la Maison commune, la paix et le désarmement, en seront les thèmes centraux.

Entretien réalisé par Massimiliano Menichetti - Cité du Vatican

Le Pape François s’apprête à effectuer son 32e voyage apostolique en Thaïlande et au Japon du 19 au 26 novembre. « J’espère que ma visite contribuera à souligner l’importance du dialogue interreligieux », soulignait le Saint-Père dans un message vidéo adressé au peuple thaïlandais. Son appel résonnait tout aussi fort dans le message vidéo qu’il a adressé au peuple japonais, et dans lequel il réitérait « l’immoralité des armes nucléaires ».

Pour accompagner le Pape dans ce voyage, comme de coutume, le cardinal Pietro Parolin sera présent. Le Secrétaire d’État du Saint-Siège souligne aux médias du Vatican « le caractère missionnaire » de la visite dans ces deux pays, où la présence catholique atteint à peine les 0,5%. C’est par ailleurs la deuxième fois qu’un Pape se rend en Thaïlande et au Japon. Saint Jean Paul II s’étant rendu à Tokyo en 1981, et à Bangkok en 1984.

Éminence, beaucoup de choses ont changé ces dernières années, dans quel état François trouvera-t-il aujourd’hui ces deux pays ?

Je pense que les changements sont avant tout ceux liés à la mondialisation qui s’est accentuée à travers la planète dans ses aspects positifs, mais aussi dans ses aspects moins positifs, pour ne pas dire négatifs...

Aujourd’hui, les distances sont pratiquement effacées et les progrès réalisés par les médias permettent à chacun d’entre nous d’être un spectateur contemporain et protagoniste de ce qui se passe dans les pays les plus éloignés. Mais dans ce contexte, il me semble important que le Pape veuille y aller en personne. Le Saint-Père avec cette visite aura effectué 32 voyages dans différentes parties du monde, dans les différents continents, pour aller personnellement connaître les réalités de ces pays dans les différents aspects qui les caractérisent et pour rencontrer, en personne, les communautés chrétiennes qui y vivent afin de les encourager, et de les animer dans la foi et dans leur témoignage chrétien. La personne humaine reste toujours au centre de l’attention de l’Église et du Pape, à chaque latitude, dans chaque situation, dans chaque pays, sur chaque continent. C’est la personne humaine qui a besoin de trouver des réponses valables pour sa vie, de trouver un sens à sa vie et donc la conscience que l’Évangile doit être proclamé, et qu’avec l’Évangile, la pleine vie doit être proclamée pour chaque homme, pour chaque peuple, pour chaque nation.

« Disciples du Christ, disciples missionnaires » est la devise de la première étape en Thaïlande. Qu’apporte le Pape à ce pays ?

Je crois que le Pape ira avec un intérêt particulier en Thaïlande parce que la première proclamation de l’Évangile y a été apportée par les missionnaires jésuites au milieu du XVIe siècle et qu’il se place donc un peu dans le sillage de ces grands missionnaires, ces grands évangélisateurs qui ont annoncé l’Evangile et semé la foi dans ce pays. Puis vinrent les Franciscains, et les Dominicains. C’est une Église qui a beaucoup souffert et qui a eu besoin de diverses refondations. Aujourd’hui, c’est une communauté florissante : environ 400 000 catholiques en Thaïlande sont divisés en 11 districts ecclésiastiques. Mais il semble important que le Pape souligne que le thème du voyage en Thaïlande est précisément celui d’être des disciples missionnaires. Il n’est pas nécessaire d’expliquer cette expression que François a eu l’occasion d’approfondir en tant d’occasions, à commencer par sa participation à la Conférence d’Aparecida, puis dans Evangelii Gaudium. Cependant, je voudrais lier ce thème du disciple missionnaire à des événements plus récents, comme le Mois missionnaire extraordinaire que nous venons de vivre ou le Synode spécial pour l’Amazonie, où de nouveaux chemins d’évangélisation ont été recherchés aussi pour l’Amazonie, pour ces peuples. Le Pape le rappelle aussi dans le dernier entretien qu’il a donné, "Sans Jésus nous ne pouvons rien faire" : le protagoniste de la mission est l’Esprit Saint, la mission ne fait pas de prosélytisme, mais elle est remplie par une plénitude qui se traduit en attraction et en témoignage. Je crois que ce voyage en Thaïlande, précisément aussi dans ce contexte, veut être précisément un nouvel accent de cette dimension de la mission d’évangélisation, qui doit être constitutive, qui est constitutive et doit le devenir toujours plus, dans la conscience de chaque baptisé, de l’Église entière.

François ira aussi au Japon, un pays où les horreurs de la bombe atomique, la catastrophe de Fukushima et une société florissante, évidemment non dépourvue de complexité, fusionnent. La devise est "Protéger chaque vie". Il y a une attente d’un appel pressant en faveur du désarmement....

Je pense que oui. L’étape japonaise du voyage sera particulièrement importante pour souligner précisément ces questions. Le Japon est un pays complexe, un pays symbolique, on peut le dire, qui a beaucoup souffert - avec les premiers bombardements atomiques sur Hiroshima et Nagasaki - mais qui a aussi su renaître de situations de guerre et de conflit et atteindre un développement énorme ; un pays entre tradition et innovation et qui doit faire face, comme tout le monde, à ces défis mondiaux qui exigent aussi des réponses mondiales. Ainsi, les thèmes de la protection de la création, de la Maison commune, de la recherche de la paix, du désarmement comme condition de la paix seront certainement quelques-uns des thèmes que le Saint-Père développera d’une manière particulière dans ce pays.

Quelles sont les attentes du Pape pour ce voyage en Thaïlande et au Japon, que vous a-t-il dit ?

Le Pape espère surtout, à l’image qu’il a du pasteur, être proche des personnes qui lui ont été confiées et dont il doit partager un peu tous les aspects de la vie. Je crois que le Pape y va avec cette attente, d’être un pasteur qui accompagne, qui dit parfois « précède moi ou suis-moi », mais accompagne néanmoins son troupeau, et qui à travers ces rencontres avec les Églises particulières, lance des messages pour le monde entier et pour toute l’Église.

Le message de la mission comme élément constitutif de l’expérience chrétienne, le thème de la Création, qui lui tient à cœur - pensons à Laudato Si’ - le thème de la paix, surtout dans un monde si divisé, si fragmenté et si conflictuel.

rr/OR

 
A propos de RADIN RUE
®© 1982 - 2019 Radin Rue — ISSN 2270-5864 — Radin Rue a été fondé en 1982 sous format papier, depuis 2001 Radin Rue ne paraît plus sous format imprimé. Il est publié sur internet depuis le 22 décembre 1997 et en tant que www.radinrue.com depuis 24 septembre 2000. Ce site est dépendant de la (...)
En savoir plus »