jeudi, 19 septembre 2019|

21 visiteurs en ce moment

 

Les Vers de Terre artisans de la vie et de la fertilité de nos sols

Les vers de terre sont encore très peu connus de nos contemporains, pourtant déjà, du temps des pharaons, Cléopâtre punissait de la prison ceux qui les tuaient. Toujours bornés dans nos propres courses au rendement, nous ne nous rendons plus compte du travail colossal et incroyable que les vers de terre font et comment ils rendent le sol désormais désertique notamment en Europe en terre fertile. Or les trois groupes de vers de terre, les épigés, les endogés ainsi que les les anéciques sont aujourd’hui en voie de disparition, la faute à toute la chimie que l’on déverse sur les champs et dans nos jardins. La prise de conscience est lente, ce reportage nous plonge dans un des plus beaux univers de notre système naturel, celui des travailleurs de la terre en profondeurs.

www.radinrue.com le XXIV - IV - MMXIX, 19h38, par : W.Wermarght et J.K. Walls,

Christophe Gatineau, comme beaucoup, alarme depuis de longues années sur l’état des lieux : « La disparition du ver de terre signe la disparition du sol », cet agronome spécialisé en agroécologie et permaculture n’est pas le seul a tirer l’alarme. Avant lui Hubert Reeves lançait : « La disparition des vers de terre est un phénomène aussi inquiétant que la fonte des glaces. »

Les vers de terre disparaissent, et pas seulement les plus sensibles, les épigés, ceux qui servent à nos compost, nos fumiers, et nos lombricomposteurs de domicile en intérieur ou extérieur, mais également les deux autres races qui jusqu’à présent classent l’ensemble des espèces, et des individus, les endogés ainsi que les les anéciques. La raison est très simple, ils demeurent très sensibles aux pesticides. L’INRA publiait en 2014 une étude qui soulignait que 80% des vers de terre avaient disparut des sols français en seulement 50 ans. La Ferme Paparinot, qui élève et vend des vers de compost pour les composteurs d’intérieur et d’extérieur ( nous reviendrons à son activités plus tard dans cet article) a en outre procédé à une expérience interne à son activité. Elle a mis 1 kilo de vers de terre épigés dans un lombricomposteur avec de la terre propre ( sans résidus chimiques) et les a nourris durant 3 mois avec des végétaux issus d’agriculture raisonnable, dans un autre bac, la même quantité de vers fut placée, issus d’ailleurs de la même souche, la litière reposait cette fois-ci de terre arable récoltée près de Chartres, et ils furent nourris des mêmes primeurs, mais cette fois-ci non issus d’agriculture raisonnée, au bout de trois mois, les vers se mettaient en panique (tentative de fuite) et mortalité observée de 40 %... L’expérience ne fut pas validée par des scientifiques, elle concernait les méthodes d’élevage propre à la Ferme du Paparinot , ce qui leur a permit de pratiquer un élevage de vers dans un environnement totalement sain, et qui en même temps leur a démontré le travail colossal qui attend nos agriculteurs, non dans un futur proche mais dès à présent.

Dans cette même verve, Christophe Gatineau souligne que les populations de vers de terre, toutes espèces confondus et passée dans de nombreuses régions de France de deux tonnes à cinquante kilos l’hectare !

Mais quel est le rôle au juste des vers de terre ?[/bleu marine]

Les diverses éspèces de vers de terre ont plusieurs rôle, et chacun s’affère avec une complexité incroyable à accomplir l’indispensable, ainsi les galeries creusées permettent aux racines de s’étendre plus facilement et d’accroître la surface d’échange alimentaire entre le sol et les végétaux. ils jouent un rôle important, au côté des microorganismes, dans le recyclage de la matière organique et l’enrichissement des sols. Les vers de terre épigés quant à eux transforment les déchets végétaux en humus, et ce, chez vous comme à l’extérieur. Il y’a encore dix ans parler de "zéro déchets" ne concernait que quelques "originaux" dans l’esprit des mondains communs, aujourd’hui le compostage à l’aide des lombrics n’est plus seulement un phénomène de mode, cela devient de plus en plus un acte de préservation de la nature. Les vers de terre se nourrissent de débris végétaux, qu’ils ingèrent en même temps qu’une certaine quantité de terre. Leurs excréments contiennent une matière organique déjà digérée, dont la transformation en humus sera achevée par les micro-organismes du sol.

Mais le compost à l’aide des vers de terre ne se fait pas non plus avec "n’importe" quelle espèce de vers de terre, Il existe dans la nature beaucoup d’espèces de vers de terre. Seules quelques-unes peuvent être mises dans la compostière. Comme le souligne le site compostage.info “Les gros vers de terre que nous trouvons au jardin (surtout en bêchant) ne sont pas utilisables pour le compostage. Ce sont des laboureurs du sol qui vivent généralement à plus de 20cm de profondeur. Les vers de compost sont des vers de surface qui se trouvent à maximum 10cm. De ce fait, soumis à une forte prédation, ils se reproduisent très vite et se nourrissent de matière décomposée (ex. litière de bois). La décomposition de la matière organique sera principalement confiée à 2 espèces de vers :
Les vers de compost
Eisenia foetida  : c’est le "ver du fumier".
Rouge tigré de gris ou de jaune, ils préfèrent les matières en décomposition. On l’appelle aussi "ver tigré".
Eisenia endreï  : c’est le "ver de Californie".
De couleur très rouge, ils préfèrent quant à eux les matières fraîches. On l’appelle aussi "ver rouge".
N’ayant pas les mêmes mœurs, l’idéal étant d’avoir des représentants des 2 espèces dans sa compostière...

Les vers de compost sont gloutons, ils mangent entre 1/2 et 1 fois leur poids par jour !
Cela dépend essentiellement des conditions de vie du vers. Ils aiment être au calme et à l’obscurité. Le température doit avoisiner les 20°C (entre 15 et 25°C, ils se sentent bien).

Il se reproduisent également beaucoup. Un seul ver peut avoir sans problème une famille de 500 descendants en un an !”

Et si vous vous lanciez dans le compost de vos déchets de cuisine avec les vers de terre ?

Que de plus fantastique que de devenir un acteur de la biodiversité dans la nature ? Aujourd’hui, avec un lombricomposteur, même en appartement ont peut se lancer dans le compostage de tous vos restes de nourriture, ( à l’exception des déchets d’ails, d’oignons et de quelques autres agrumes ), pour cela il vous faut un lombricomposteur, il y ’en a un peu partout en vente désormais, et les annonces ne manquent pas pour en vendre sur internet, et même sur le bon coin, il vous faudra ensuite des vers de terre. Oui ; mais pas ceux qui sont long et gras et que vous croisez après la pluie sur la pelouse de votre jardin, il vous faudra des vers épigés. Dans toute l’Europe les fermes d’élevage des vers de terre ont fleurit, en France comme ailleurs. Selon votre région vous trouverez sans conteste un éleveur qui se fera un plaisir de vous livrer et vendre un produit de qualité afin de débuter dans le lombricompostage ou bien afin de régénérer votre propre population de vers de terre. Nous avons, pour notre part, choisi la "Ferme du Paparinot" située dans le Val de Marne, à Villiers sur Marne, et qui demeure une ferme de petite échelle évoluant sans grande publicité mais produisant des vers de terre dans un souci de respect des fondements de la nature. Les tarifs de vente des vers de terre issue de la Ferme du Paparinot varient selon l’offre et la demande, nous publions les tarifs actuellement pratiqués, mais leur variation demeure faible, mais laissons les éleveurs présenter leur offre :

“Nous élevons depuis maintenant 7 ans des VERS de terre dit de fumier connus pour leur excellent travail de compostage : Nous élevons un mélange d’Eisenia Foetida et Andrei ainsi que des Deandrobeana Veneta.

Nous avons quatre offres sur ce site. Nos vers de terre évoluent dans notre élevage dans une totale préservation de résidus pathogènes (viandes, fromages etc.…), ils sont uniquement nourris de fruits, de primeurs et végétaux biologiques sur des litière composées par nos soins. Il s’agit de vers de surface, qui ne descendent pas ou très peu en dessous de 12 cm sous terre, ils sont recommandés pour se multiplier très rapidement dans vos lombricomposteurs. Tous nos colis sont composés d’un mélange des trois races de vers de terre cités plus haut, nous pouvons vous livrer votre colis en Ile de France (11 euros de forfait) ou bien vous pouvez le récupérer chez nous moyennant un rendez-vous téléphonique. Nous n’envoyons plus nos vers par les services de postes. Nous pouvons également vous fournir de l’humus issu du travail des vers ( meilleur engrais naturel au monde ) ainsi que le liquide issu de leur travail (idéal pour vos rosiers par exemple ).

Lot V1 ( 120 grammes de vers de terre avec leur habitat ) : 12 euros (idéal pour ajouter à votre lombricomposteur afin d’enrichir le capital génétique de votre propre population de vers),

Lot V2 (240 grammes) 21 euros (idéal pour débuter le lombricompostage),

lot V3 (480 grammes) 24 euros (recommandé pour les familles de quatre personnes et un lombricomposteur de 4 étages).

Liquide issu du travail des vers (fertilisant) 500ml : 3,70€

Nous pouvons également vous fournir un bac de 35/40 litres d’humus, remplit de vers de terre avec leur nid directement sortit de notre ferme à vers, avec le bac : 31 euros.”

Si cette annonce vous intéresse n,’hésitez pas à transmettre vos cordonnées téléphonique à la rédaction, nous ferrons immédiatement suivre au producteur votre demande de contact, pour ce faire utilisez notre formulaire classique qui se trouve ici (cliquez) et dans le sujet inscrivez impérativement "Vers de Terre", la Ferme du Paparinot prendra imédiatement contact avec vous.

radinrue.com

 
A propos de RADIN RUE
®© 1982 - 2019 Radin Rue — ISSN 2270-5864 — Radin Rue a été fondé en 1982 sous format papier, depuis 2001 Radin Rue ne paraît plus sous format imprimé. Il est publié sur internet depuis le 22 décembre 1997 et en tant que www.radinrue.com depuis 24 septembre 2000. Ce site est dépendant de la (...)
En savoir plus »