dimanche, 21 octobre 2018|

21 visiteurs en ce moment

 

Canada► Après la fusillade meurtrière "la folie" du tueur évoquée sans surprise

C’EST sans surprise que le verdict des enquêteurs canadiens est tombé. C’est une rhétorique assez habituelle au Canada. Alors que Faissal Hussain, 29 ans a attaqué et tiré à l’arme à feu sur des habitants de Toronto, tuant 1 fillette de 10 ans, une jeune femme de 18 ans et blessant 13 personnes, la famille du criminel, invoque ses problèmes psychique et dépressifs. Les autorités semblent s’engouffrer dans la brèche tout en axant leur débat vers la prolifération des armes à feu dans le pays...

www.radinrue.com le XXIV - VII - MMXVIII, 11h19, par : Therry Von Fant,

► Surtout ne pas parlker d’un acte criminel et terroriste, surtout pas ; ce n’est pas la première fois que les autorités canadiennes semblent avoir des boutons dès que la population tire des conclusions. "Ne pas faire de conclusions hatives", "faire confiance à l’enquête". Cette fois-ci ce qui semble être la mise sur un plateau de circonstances atténuantes vient d’un courrier écrit par la famille de Faissal Hussain. Ouf ce ne serait pas un "terroriste islamiste", Toronto en particulier, mais plus généralement, le Canada entier peut respirer, l’homme était un "dépressif" souffrant depuis longtemps de troubles psychiques apprend t’on...

Treize personnes, dont un enfant souffrent de blessures, certaines demeurent dans un état préoccupant, une jeune femme de 18 ans et une fillette de 10 ans sont mortes sous les balles de Faissal Hussain, présenté comme un "habitant de Toronto de 29 ans". Ce dernier est mort durant l’attaque.

Dimanche dernier, à 22 heures locales, ( lundi 04h00 du matin - Paris/Varsovie ), dans le quartier Grec de Toronto THE DANFORTH, capitale administrative du Canada, les rues étaient bondés au tour des restaurants. Le quartier est connu pour ses soirées festives dans les cafés et les restaurants.

Des coups de feu déchire alors le ciel, selon les témoins, un individu tout de noir vétu à tirer au moins à vingt reprises. L’homme possédait un pistolet. Il a été retrouvé mort danbs une ruelle proche du lieu où il a attaqué les passants, il était mort. La police n’a pas précisé s’il a succombé aux blessures infligées lors des échanges de tirs avec la police ou bien s’il s’est suicidé.

"Je promets à tous les habitants de Toronto, et encore plus à ceux qui ont été touchés par cette tragédie, que nous ne ménagerons aucun effort pour fournir des réponses à cette attaque insensée", a déclaré John Tory, le maire de Toronto. "C’est une attaque contre des familles innocentes et contre l’ensemble de la ville. C’est une tragédie, une tragédie de plus dans notre ville cette année", a regretté John Tory, qui est allé à la rencontre des habitants où a eu lieu l’attaque.

Très rapidement, aidé en cela par les médias, les armes à feu ont été désigné comme principales responsables de l’attaque ! Une rencontre a eu lieu en fin de journée entre le premier ministre de l’Ontario, Doug Ford, le ministre de la Sécurité frontalière et de la Réduction du crime organisé, Bill Blair, et le maire de Toronto, John Tory.

M. Ford a indiqué que les trois paliers de gouvernement ont discuté de plusieurs sujets, dont la santé mentale et le contrôle des armes à feu.

Dans un communiqué conjoint, les élus indiquent vouloir s’attaquer au problème d’arme à feu.

Parallèlement la famille invoque les problèmes dépressifs du tireur.

Les proches de Faisal Hussain se sont dits dévastés par le drame perpétré par leur fils de 29 ans. Ils expliquent qu’il a notamment souffert de psychose et de dépression.

« Les mots nous manquent, mais nous devons parler pour exprimer nos plus sincères condoléances aux familles qui souffrent en ce moment à cause des actes horribles commis par notre fils », a écrit la famille Hussain, dans un communiqué publié lundi soir.

La famille exprime ses plus sincères condoléances aux proches des personnes touchées par les « actions horribles » de Faisal Hussain. Elle se désole que les efforts des médecins pour aider leur fils aient échoué.

« Alors que nous avons fait de notre mieux pour lui procurer de l’aide tout au long de sa vie, jamais nous n’aurions imaginé ce qu’il a fait », écrit la famille.

Curieusement personne ne se demande si les motivations du tireur auraient pû être religieuses, terroristes, extrémistes... ce sont peut-être des réflexions tabous au Canada ?

radinrue.com

 
A propos de RADIN RUE
®© 1982 - 2018 Radin Rue — ISSN 2270-5864 — Radin Rue a été fondé en 1982 sous format papier, depuis 2001 Radin Rue ne paraît plus sous format imprimé. Il est publié sur internet depuis le 22 décembre 1997 et en tant que www.radinrue.com depuis 24 septembre 2000. Ce site est dépendant de la (...)
En savoir plus »