dimanche, 22 juillet 2018|

34 visiteurs en ce moment

 

Sainteté au naturel, méditation pour les vacances d’été 2018

« J’aime voir la sainteté dans le patient peuple de Dieu : chez ces parents qui éduquent avec tant d’amour leurs enfants, chez ces hommes et ces femmes qui travaillent pour apporter le pain à la maison, chez les malades, chez les religieuses âgées qui continuent de sourire. Dans cette constance à aller de l’avant chaque jour, je vois la sainteté de l’Église militante. C’est cela, souvent, la sainteté ‘‘de la porte d’à côté’’, de ceux qui vivent proches de nous et sont un reflet de la présence de Dieu » (§ 7 de l’Exhortation apostolique : L’appel à la sainteté dans le monde actuel - Pape François - 19.03.18, à lire absolument) : http://www.radinrue.com/spip.php?page=article&id_article=11519

www.radinrue.com le IX - VII - MMXVIII, 16:15, par Henri CALDELARI msc

Le Père Caldelari dirige le Centre spirituel de la Pomarède qui a ouvert ses portes le 9 juillet 2000. Conçu pour être un espace de silence, de prière, de rencontre fraternelle, d’écoute de la Parole de Dieu et de formation chrétienne, ce centre accueille tous ceux qui aspirent à se ressourcer, qui cherchent Dieu, qui désirent approfondir leur foi ou développer leurs connaissances religieuses par des retraites spirituelles, des sessions de formation, des week-ends etc.

— Centre spirituel La Pomarède – 15230 PAULHENC, Tél. 04 71 23 61 61 - Site internet : http://la-pomarede.cef.fr

Dieu seul est Saint. L’homme ne l’est pas et ne peut l’être par ses propres forces. Cependant, depuis le baptême, nous sommes habités par la présence invisible et réelle de Dieu trois fois saint, Père Fils et Esprit Saint (cf. Jn 14,23). Nous n’avons donc pas à devenir saints mais à être ce que nous sommes par grâce, en laissant la sainteté divine se déployer en nous et se propager dans l’épaisseur de notre humanité. Elle est en nous, don gratuit du Seigneur qui, par sa Présence en nous, nous associe à ce qu’il est afin de nous rendre saints comme lui-même est saint : « Soyez saints, car moi, le Seigneur votre Dieu, je suis saint » (Lv 19,2). Comme l’eau jaillissant de terre au milieu du paradis terrestre (Gn 2,5), la sainteté divine imbibe notre vie avant même toute collaboration de notre part. Elle est là, offerte à notre initiative, agissante à la mesure de notre désir et de notre consentement. Elle ne demande qu’à nous imprégner pour que nous puissions la rayonner à travers nous, autour de nous. Il nous appartient de nous ouvrir à son action en travaillant à ce qu’elle puisse s’exprimer en nous et porter ses fruits de vie éternelle. La sainteté est en nous l’œuvre de Dieu. Elle n’est pas en notre pouvoir, mais un don à recevoir, don qui nous fait « devenir Dieu » (Saint Basile) en nous faisant participer à sa sainteté. Offrons-nous à son rayonnement et laissons-nous sanctifier par la présence de Celui qui nous rend saint.

Être saint : une mission

« Chaque saint est une mission ; il est un projet du Père pour refléter et incarner, à un moment déterminé de l’histoire, un aspect de l’Évangile. » (19)

Être saint est notre mission essentielle, première. Chacun de nous a été choisi par Dieu pour être, dit St Paul, « saints et immaculés en sa présence » (Ep 1, 4). Cela ne veut pas dire être parfait, zéro défaut, capable d’observer la Loi dans son intégralité comme le pensaient les Pharisiens. Être saint, c’est laisser passer Dieu à travers notre vie comme la lumière traverse le cristal. C’est tout simplement incarner, vivre et refléter la présence, la bonté, la bienveillance, la miséricorde, la vérité de Dieu malgré les imperfections naturelles liées à notre humanité. Ainsi, les limites humaines de Jésus : son impatience, ses colères, ses inquiétudes, son agacement, ses angoisses, etc., ne l’ont pas empêché de manifester la bonté, la miséricorde et la sainteté de son Père. Comme Abraham, le saint ne s’arrête pas en chemin. Il marche en présence de Dieu malgré ses fragilités, ses faiblesses. Il va toujours de l’avant, dans le seul but de faire sa volonté. Cela plaît à Dieu. Deux erreurs sont à éviter pour mener à bien cette mission. La première consiste à croire que la sainteté est le fruit de ses seuls efforts : « Donnez-moi l’Evangile et j’en ferai mon affaire » (Pélage), comme si tout dépendait de soi. On est son propre maître. La deuxième serait de croire « que l’on est déjà saint, parfait et meilleur que « la masse ignorante » parce que l’on sait beaucoup de choses sur Dieu. [45]. Dans cette perspective, le savoir l’emporte sur l’action évangélique. Il n’est donc pas besoin d’exercer la miséricorde envers le prochain pour être saint. [46] (Cf. 1 Jn 4,7-8)

Est-ce que j’accepte de n’être qu’un « pauvre saint », très ordinaire, imparfait, mais ambitieux ? Est-ce que je persévère sur le chemin caillouteux de la sainteté, sachant puiser au Cœur de Dieu la miséricorde qui me rend saint ?

Être saint : un message

« Chaque saint est un message que l’Esprit Saint puise dans la richesse de Jésus-Christ et offre à son peuple. Pour reconnaître quelle est cette parole que le Seigneur veut dire à travers un saint, il ne faut pas s’arrêter aux détails, car là aussi il peut y avoir des erreurs et des chutes. Tout ce que dit un saint n’est pas forcément fidèle à l’Évangile, tout ce qu’il fait n’est pas nécessairement authentique et parfait. Ce qu’il faut considérer, c’est l’ensemble de sa vie, tout son cheminement de sanctification, cette figure qui reflète quelque chose de Jésus-Christ et qui se révèle quand on parvient à percevoir le sens de la totalité de sa personne. » [25-26]

Si nous laissons la Parole de Dieu s’incarner et transformer notre vie, nous deviendrons à notre tour ’parole de Dieu’ pour ceux qui nous entourent. Notre vie sera pour eux un message, un témoignage. Nous serons, comme l’écrit St Paul « une lettre du Christ, écrite non avec de l’encre, mais avec l’Esprit du Dieu vivant » (2 Co 3,3). Qui d’entre nous ne connaît pas ainsi des saints ordinaires, ‘‘de la porte d’à côté’’, qui sont ou ont été pour nous une parole vivante de Dieu par leur comportement, leur bienveillance, leur droiture, leur exemple de générosité, leur esprit de service, leur sourire, leur patience, etc. ? Pouvons-nous en nommer ? N’est-ce pas souvent à l’occasion d’un ensevelissement, tandis que l’on évoque l’impression globale laissée par le défunt, que l’on découvre la sainteté ordinaire d’une femme ou d’un homme qui, malgré ses erreurs ou ses chutes, a marqué notre vie de son empreinte ?

Naturellement saint

Plus elle est ordinaire et naturelle, plus la sainteté fait de nous un autre Christ. La sainteté au naturel consiste à vivre normalement sa vie, comme si de rien n’était, sans se soucier du regard des autres, en communion avec Jésus, avec le sourire et dans la discrétion, avec le désir de faire son possible pour que les autres soient heureux et que se manifeste ainsi la gloire de Dieu. Nous n’avons pas à copier les saints ni à les imiter. Notre seul modèle est Jésus. (Voir aussi son manuel de la sainteté : l’Evangile). En le contemplant, chacun, avec ce qu’il est, découvre son propre chemin de sainteté. Les saints sont tous des originaux au sens propre et au figuré ! N’ayons pas peur de l’être à notre tour. Mais attention à ne pas confondre sainteté et perfection. L’une est divine, l’autre humaine. Être saint ne consiste pas à faire des choses extraordinaires, mais à faire les simples choses de la vie avec amour, patience et persévérance, un jour à la fois, dans la confiance et la miséricorde, comme Jésus.

Comment est-ce que j’aide Dieu et collabore avec lui pour être le saint qu’il veut que je sois ? Qu’ai-je à modifier dans mon comportement pour être davantage un saint au naturel ? Suis-je un reflet de la présence de Dieu ?

radinrue.com

 
A propos de RADIN RUE
®© 1982 - 2018 Radin Rue — ISSN 2270-5864 — Radin Rue a été fondé en 1982 sous format papier, depuis 2001 Radin Rue ne paraît plus sous format imprimé. Il est publié sur internet depuis le 22 décembre 1997 et en tant que www.radinrue.com depuis 24 septembre 2000. Ce site est dépendant de la (...)
En savoir plus »