mercredi, 17 juillet 2019|

22 visiteurs en ce moment

 

#Ukraine : le 1er martyre de la population est le silence international

Le nonce apostolique en Ukraine exprime toute son inquiétude face aux combats dans l’Est de l’Ukraine et s’insurge face au silence de la communauté internationale.

www.radinrue.com le XXII - II - MMXVII, 10:35

Mgr Claudio Gugerotti, qui s’est rendu les 15 et 15 février 2017 dans la région orientale, dit avoir rencontré une population exténuée par des combats qui n’ont jamais cessé malgré les accords de Minsk, selon des propos rapportés par l’agence d’information catholique italienne SIR. Mgr Claudio Gugerotti évoque le sort d’hommes et de femmes « destinés à mourir dans le silence, dans l’indifférence générale ».

Chaos et sentiment d’abandon à Avdiyivka

Le nonce apostolique en Ukraine a notamment visité Avdiyivka, ville sous contrôle gouvernemental, située près de la ligne de front, théâtre de bombardements massifs depuis la fin du mois de janvier, qui ont fait des dizaines de morts, de blessés et de nombreuses destructions. Mgr Gugerotti dépeint un cadre très sombre : des maisons endommagées et une ville en partie inhabitée, parce que les gens ont fui. « Chaque nuit, on entend des bombardements », relate-t-il. « Il n’existe aucune stabilité ». Le sentiment de la population dans la région, affirme le nonce, est « de se sentir abandonnée ». Le conflit ukrainien est un événement « oublié » et probablement « cela dérange d’en parler ».
« Un enseignant a fondu en larmes devant moi, en me demandant : “Dites au Pape de faire tout le possible pour nous libérer de cette guerre absurde et inutile”. Les conflits gelés deviennent en quelque sorte une défaite pour tout le monde où personne n’est vainqueur », poursuit Mgr Gugerotti. « Alors on préfère ne pas les porter à l’attention de l’opinion publique. Mais le premier martyre de cette population est le silence international » déclare le nonce apostolique en Ukraine soulignant l’attention que le Pape François accorde à ce dossier. Il suit la situation de façon « constante » précise t-il.

Prendre le problème au sérieux
Mgr Gugerotti note ensuite que les composantes de ce conflit sont « complexes, insaisissables et qu’il est extrêmement difficile, ne serait-ce que de faciliter la construction d’un dialogue ». « Nous avons besoin d’une bonne volonté qui consente aux deux parties de s’ouvrir réciproquement ». Il est par ailleurs nécessaire, souligne le nonce, « que les puissances et organisations internationales prennent le problème au sérieux ». Et enfin, observe-t-il, « nous avons besoin des bons outils pour que les décisions ou accords pris soient mis en pratique. L’OSCE, par exemple, a révélé que lors des récents combats, des armes interdites par les accords de Minsk ont été utilisées par les deux parties ». « Il est donc inutile, affirme Mgr Gugerotti, de signer un accord s’il est immédiatement ignoré ».

rr

 
A propos de RADIN RUE
®© 1982 - 2018 Radin Rue — ISSN 2270-5864 — Radin Rue a été fondé en 1982 sous format papier, depuis 2001 Radin Rue ne paraît plus sous format imprimé. Il est publié sur internet depuis le 22 décembre 1997 et en tant que www.radinrue.com depuis 24 septembre 2000. Ce site est dépendant de la (...)
En savoir plus »