mardi, 11 août 2020|

57 visiteurs en ce moment

 

Coronavirus : Covid-19, plus de 1.000 morts et encore beaucoup d’inconnues (OMS)

Le nouveau coronavirus a tué plus de 1.000 personnes et de nombreuses questions sur le virus demeurent sans réponse, a indiqué mardi l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

www.radinrue.com le XII - II - MMXX, 18:00

« Avec 99% des cas en Chine, (le nouveau coronavirus) reste une grande urgence pour ce pays, mais cela constitue aussi une menace très grave pour le reste du monde », a déclaré le Dr. Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’OMS à l’ouverture à Genève d’un Forum sur la recherche et l’innovation sur la maladie.

Réunis dans la ville suisse pendant deux jours, plus de 300 scientifiques doivent passer en revue les moyens de combattre l’épidémie, en se penchant notamment sur sa transmission et sur les traitements possibles.

« Il est difficile de croire qu’il y a seulement deux mois, ce virus - qui en est venu à captiver l’attention des médias, des marchés financiers et des dirigeants politiques - nous était totalement inconnu », a ajouté le Dr Tedros.

Selon le chef de l’OMS, le nouveau coronavirus met le monde à l’épreuve de bien des façons. « C’est un test de solidarité politique - pour savoir si le monde peut se rassembler pour combattre un ennemi commun qui ne respecte pas les frontières ou les idéologies », a-t-il insisté, tout en ajoutant que l’épidémie constitue également un test de solidarité financière. Une façon pour le haut-responsable onusien de poser directement une question cruciale aux responsables gouvernementaux : le monde investira-t-il dès maintenant pour lutter contre cette épidémie pour la contenir ou en paiera-t-il plus tard toutes ses conséquences ? Autre question relevée à l’ouverture de cette conférence de Genève, le volet scientifique du test de solidarité : « le monde se réunira-t-il pour trouver des réponses communes à des problèmes communs ».

Devant toutes ces questions, le Dr Tedros a émis l’espoir que cette réunion débouche sur une « feuille de route » en matière de recherche, sur laquelle « les chercheurs et les donateurs puissent s’aligner ». Il a également appelé tous les pays à faire preuve de solidarité en partageant les données dont ils disposent. « C’est particulièrement vrai pour ce qui concerne les échantillons et le séquençage (du virus). L’essentiel est la solidarité, la solidarité, la solidarité », a-t-il-dit.

Plus de 1.000 décès sur plus de 42.000 personnes contaminées en Chine
Pour l’OMS, de nombreuses inconnues demeurent sur le nouveau coronavirus qui a reçu une nouvelle dénomination scientifique COVID-19. « Quels sont les réservoirs ? Quelles sont les dynamiques de transmission ? Quelle est la période d’infectiosité et de contagiosité ? Quelle est la meilleure façon de gérer les cas de maladie grave ? Pour vaincre cette épidémie, nous avons besoin de réponses à toutes ces questions, et bien plus encore », a insisté le Dr Tedros.

Autre équation à trouver : « le vaccin pour prévenir les infections et la thérapie éprouvée pour les traiter ». A cet égard, le chef de l’agence onusienne en charge des questions de santé s’est voulu optimiste, rappelant l’expérience acquise et les leçons apprises lors de l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest. « Nous avions élaboré le plan directeur de l’OMS pour la recherche et le développement - une stratégie visant à mettre au point des médicaments et des vaccins avant les épidémies et à accélérer les activités de recherche et de développement pendant les épidémies », a-t-il rappelé.

D’après les dernières estimations de l’OMS, plus de 42.708 personnes ont été contaminées par le nouveau coronavirus en Chine et au moins 1.017 d’entre elles sont mortes. En dehors de la Chine, 393 cas ont été relevés dans 24 pays, dont un décès aux Philippines.

Pour vaincre cette épidémie, l’OMS a plaidé pour « un partage ouvert et équitable, selon les principes de la justice et de l’équité ». Pour le Dr Tedros, ce ne sont pas les publications, les brevets et les bénéfices qui importent aujourd’hui. « Ce qui importe le plus, c’est d’arrêter l’épidémie et de sauver des vies. Avec votre soutien, c’est ce que nous pouvons faire ensemble », a insisté le chef de l’agence onusienne auprès des participants la conférence de Genève.

UNN/oms/rr

 
A propos de RADIN RUE
®© 1982 - 2020 Radin Rue — ISSN 2270-5864 — Radin Rue a été fondé en 1982 sous format papier, depuis 2001 Radin Rue ne paraît plus sous format imprimé. Il est publié sur internet depuis le 22 décembre 1997 et en tant que www.radinrue.com depuis 24 septembre 2000. Ce site est dépendant de la (...)
En savoir plus »