jeudi, 9 avril 2020|

87 visiteurs en ce moment

 

Coronavirus : Quand l’homme voulant être Dieu se rend compte de sa faiblesse

L’Homme cet être qui se voyait si puissant, si intouchable, qui explorait la planète Mars en sentant en lui grandir les ailes d’un pouvoir divin, qui invectivait une justice de mélange des genres en hurlant à l’abolition des différences sexuelles, culturelles, passant outre le fait que ces différences sont en soit la plus grande richesse de l’humanité, qui transformait l’amour en haine, et appelait à la violence au nom de la défense de ses propres idéologies construites de toutes pièces et pourtant si futiles, se retrouve comme remis à sa place de fragile créature face à ...à un virus. Le Covid-19 est un appel à la raison, un appel qui s’adresse à l’humanité entière.

www.radinrue.com le XIV - III - MMXX, 16h30, par : Benjamin Pyrz, Directeur de Radinrue.com, photo DR.

"Quand un homme parle à Dieu, on dit qu’il prie. Quand Dieu parle à un homme, on dit de ce dernier qu’il est schizophrène". Cette citation de Thomas Szasz prend son sens aujourd’hui. Toute l’histoire de l’humanité, bercée par toutes religions, c’est à dire par toutes croyance au Divin, au dieu est basé sur l’interprétation de ce qui touche l’homme comme volonté divine, ou décision de Dieu de transmettre un message à l’homme.

Nous sommes donc confronté aujourd’hui à une situation historique, oh non, pas unique, mais toutefois historique. Cela fait des décennies que l’humanité TOUTE ENTIÈRE n’a pas été placée devant une seule et unique menace. Cette fois-ci la menace demeure invisible, il s’agit d’une attaque sournoise, létale, le COVID-19 selon le nom que ceux en qui nous espérons tous de nos jours, les scientifiques lui ont donnés.

Nos populations si promptes à se détourner de Dieu, à en jouer, à le ridiculiser, se trouve désormais confrontés à leur propre orgueil, leur envie personnelle d’être le divin. L’homme a voulu se débarrasser de Dieu, l’homme est rappelé aujourd’hui à se remémorer d’où il vient, de la poussière et la poussière il sera.

Nous, catholiques, ne vivons nous pas le carême actuellement, dans l’attente de la Résurrection, ce carême qui débute par le Mercredi des cendres durant lequel le prêtre dépose sur nos fronts la cendre en prononçant ces mots : "Souviens-toi que tu es né poussière et que tu redeviendras poussière."

Ces propos ne sont pas que des phrasettes symboliques, ils prennent toute leur réalité devant ce que notre humanité est en train de vivre, pour les uns dans la peur, les autres la maladie, la souffrance et beaucoup aussi la mort.

La question se pose. Sommes nous devant une punition Divine dans ce contexte de Coronavirus ? Ce virus que nos chercheurs ont couronné ? Une punition ? Je ne sais pas. Un rappel à l’ordre, la Foi qui est en nous ne peux pas évacuer cette idée et j’ai envie de dire "Sans doute oui !" Dieu rappelle à l’homme qu’Il aime combien l’homme à oublié son Amour, les églises ferment, les messes sont télévisés et radiodiffusés, l’Eucharistie manque, l’Eglise n’excommunie plus, c’est le virus qui prive désormais de l’Eucharistie !

Qui désormais à le courage de reparler du Message laissé à Fatima par la Sainte Vierge aux petits enfants ? Rappelez-vous en 1917, dans la région de Fatima, une "belle dame" apparaît à trois petits bergers, Lucie dos Santos et ses deux cousins, Francisco et Jacinthe Marto. Yves de Lassus résume très bien cet événement :

« "Le miracle du soleil survenu le 13 octobre 1917 n’est pas, loin s’en faut, le seul élément donnant aux apparitions de Fatima un caractère exceptionnel. Plusieurs autres caractéristiques distinguent ces apparitions de toutes les autres, en particulier les prophéties confiées par Notre-Dame aux trois petits voyants.
Ces prophéties sont importantes, car elles sont une marque absolument infaillible de l’origine divine du message. En effet, seul Dieu peut connaître l’avenir. Saint Thomas enseigne :

La révélation des événements futurs appartient de la façon la plus rigoureuse à la prophétie ; c’est même de là que semble venir le nom de prophétie. Saint Grégoire a donc pu écrire : « La prophétie, dont la nature est de prédire l’avenir, perd la raison de son nom, quand elle parle du passé ou du présent ». (Somme théologique, IIa-IIae, q. 171, art. 3)

Connaître les événements futurs en eux-mêmes est le propre de l’intelligence divine, à l’éternité de laquelle toutes choses sont présentes ; aussi une telle connaissance de l’avenir ne peut-elle venir de la nature, mais seulement d’une révélation divine. (Somme théologique, IIa-IIae, q. 172, art. 1)

Or, à Fatima, non seulement la Sainte Vierge confia aux petits pastoureaux un nombre de prophéties très inhabituel dans les révélations privées, mais plusieurs se réalisèrent très vite après leur annonce. Voici les principales dans l’ordre chronologique de leur réalisation :

Les 13 mai, 13 juin, 13 juillet et 19 août 1917

Les jours où Notre-Dame apparaîtra.
Vu des petits pastoureaux, l’annonce que Notre-Dame viendrait six fois le 13 du mois est une véritable prophétie, car il leur était impossible de savoir par avance combien de fois et quels jours viendrait la Sainte Vierge. De plus, à chaque fois, au lieu indiqué, à la date et à l’heure dites, les témoins purent observer des phénomènes extérieurs exceptionnels (voir lettre de liaison n° 8).

Le 13 juin 1917Voyants

La mort rapide de François et Jacinthe alors qu’à l’époque des apparitions ils étaient en parfaite santé.
Une vie plus longue pour Lucie qui vécut effectivement jusqu’à quatre-vingts dix-huit ans.

Le 13 juillet 1917

L’élection d’un pape portant le nom de Pie XI. Pie XI sera effectivement le successeur de Benoît XV qui était pape au moment des apparitions.
L’annonce d’une lumière inconnue peu avant la deuxième guerre mondiale (nuit de 25 au 26 janvier 1938 ; voir lettre de liaison n° 20).
L’annonce d’une nouvelle guerre mondiale peu après cette lumière, guerre plus terrible que la précédente.
L’annonce que la Russie allait répandre ses erreurs dans le monde, autrement dit que le communisme allait avoir une expansion considérable alors qu’il naissait à peine à Moscou (les coups d’état contre le tzar sont de mars et octobre 1917).
Les 13 juillet, 19 août et 13 septembre

Le jour et l’heure du miracle du soleil.
Dans les trois mois qui l’ont précédé, il fut donc annoncé trois fois.

Le 13 juillet et le 13 octobre

L’annonce de la fin très proche de la guerre, tout au moins pour le Portugal.
En effet, suite à l’élection inattendue du président Sidónio Pais en décembre 1917 (3 mois après les apparitions), le Portugal retira ses troupes du théâtre des opérations à partir d’avril 1918.
Avec le recul du temps, la prophétie sur les erreurs de la Russie est littéralement stupéfiante, car elle a commencé à se réaliser seulement quelques jours après la dernière apparition. En effet, c’est le 6 novembre 1917 (24 octobre selon le calendrier russe) qu’éclata à Saint-Pétersbourg la "Révolution d’Octobre" qui permit aux bolcheviks de prendre le pouvoir. Or, à ce moment, la Russie n’évoquait rien dans l’esprit des petits voyants. Jacinthe pensa même qu’il s’agissait peut-être d’une femme très méchante. À l’époque, personne ne pouvait imaginer l’instauration du régime communiste, ni la création de l’URSS en 1922.

Dans toute l’histoire des révélations privées, aucune apparition ne comporte un aussi grand nombre de prophéties, avec autant de précisions et s’étendant sur un laps de temps aussi court. De plus, plusieurs de ces prophéties se sont réalisées à la lettre. Le pape Benoît XVI l’a lui-même reconnu le 13 mai 2007, le jour du 90ème anniversaire des apparitions : « Les apparitions de Notre-Dame de Fatima sont sans aucun doute les plus prophétiques des apparitions modernes ». (Cité par le père Gruner dans sa Supplique canonique au pape Benoît XVI)
Un tel nombre de prophéties, dont certaines se réalisèrent très rapidement après leur annonce, constitue une authentification absolument exceptionnelle de l’origine divine des apparitions. Le miracle su soleil et les prophéties donnent donc au message de Fatima une importance que l’on ne retrouve dans aucune autre apparition. Ce message est d’ailleurs lui aussi d’une richesse inhabituelle. Auparavant, jamais le Ciel n’avait pris un tel luxe de précautions pour authentifier l’origine divine d’un message. »

Penser que Dieu se tait depuis l’Ancien testament et l’arrivée de Jésus Christ ouvrant le Salut par le Nouveau testament est une erreur. Dieu est présent dans le quotidien de notre humanité. Quelle terreur de se rendre compte que ce virus mortel paralyse ce qui nous rendait si fort : les avions dans le ciel, nos usines, nos hôpitaux, nos sciences et notre certitude d’être devenus une humanité déïque. Alors que nous étions d’assassiner la Création, c’est désormais les pics de pollution qui chutent tout autant que nos bourses financières. Et si Dieu voulait rappeler à l’humanité qu’IL EST et que péter plus loin que nous ne le pouvons est une erreur ?

Dieu ne se venge pas, mais il sait rappeler l’humanité à la raison. C’est un de ces rappel là que nous vivons tous aujourd’hui.

radinrue.com

article en licence libre, autorisation donnée à reproduction intégrale avec source : RADINRUE.COM obligatoire.

 
A propos de RADIN RUE
®© 1982 - 2020 Radin Rue — ISSN 2270-5864 — Radin Rue a été fondé en 1982 sous format papier, depuis 2001 Radin Rue ne paraît plus sous format imprimé. Il est publié sur internet depuis le 22 décembre 1997 et en tant que www.radinrue.com depuis 24 septembre 2000. Ce site est dépendant de la (...)
En savoir plus »