mardi, 24 octobre 2017|

16 visiteurs en ce moment

 

Tchad, les personnes les plus vulnérables sont « à deux doigts de la famine »

Si l’augmentation de l’aide internationale pour le bassin du lac Tchad cette année a permis d’éviter une famine dans le nord-est du Nigéria, des millions de personnes sont encore en situation de vulnérabilité, a déclaré jeudi le Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux affaires humanitaires, Mark Lowcock.

www.radinrue.com le XXIX-IX-MMXVII, 11h03 ;

« Il y a encore des millions de personnes qui souffrent et continuent de souffrir », a déclaré M. Lowcock lors d’une conférence de presse au siège de l’ONU à New York. « Beaucoup d’entre eux sont à deux doigts de la famine », a-t-il ajouté, suite à son déplacement au Niger et au Nigéria plus tôt ce mois-ci.

Celui qui est également Coordonnateur des secours d’urgence a dit avoir rencontré à Ngagam, dans la région de Diffa, au Niger - « la région la plus pauvre du pays le plus pauvre du monde » - et à Maiduguri, Pulka et Gwoza dans l’Etat de Borno au Nigéria, des « personnes extrêmement vulnérables » déplacées par les conflits.

« Ces gens veulent rentrer chez eux, ils veulent une chance de reconstruire leur vie. Mais ils veulent le faire lorsqu’il sera sûr de le faire », a souligné M. Lowcock.

Environ 1,8 million de personnes au Niger sont en situation d’insécurité alimentaire. Quelque 800.000 enfants sont touchés par une malnutrition aiguë et près de 250.000 personnes sont soit des personnes déplacées internes ou des rapatriés ou réfugiés du Nigéria, a-t-il souligné.

Dans le nord-est du Nigéria, environ 6,5 millions de personnes ont besoin d’une aide vitale. Près de 5,2 millions de personnes souffrent d’une insécurité alimentaire grave et 450.000 enfants souffriront d’une malnutrition aiguë sévère, cette année.

La crise dans le bassin du lac Tchad, qui couvre le Cameroun, le Niger, le Nigéria et le Tchad, est complexe car les pays sont confrontés à l’insécurité, aux chocs climatiques, à l’extrême pauvreté, et aux conséquences d’une gouvernance inadéquate dans de vastes pans de la région. « Mais la voie à suivre est également claire », a affirmé le Secrétaire général adjoint, soulignant la nécessité de soutenir une réponse humanitaire efficace et d’assurer une meilleure protection des personnes.

« L’accès a été amélioré dans de nombreuses villes, mais il y a également eu une récente recrudescence d’attaques horribles contre des civils dans les quatre pays. Au Niger, les prises d’otages ont augmenté, alors que les enfants du Nigéria ont été utilisés comme des bombes humaines », a déclaré M. Lowcock.

En ce qui concerne les autres régions du monde, le Coordonnateur des secours d’urgence a déclaré que « jusqu’à présent, en Somalie, la famine a été évitée » alors qu’au Soudan du Sud, « la famine a été déclaré dans quelques comtés de l’Etat d’Unité, qui a touché environ 50.000 personnes plus tôt dans l’année, mais cette situation a été maîtrisée assez rapidement ».

Qualifiant la situation au Yémen de plus grande crise humanitaire au monde, M. Lowcock a souligné que l’état de famine est encore écarté, « mais les niveaux de souffrance au Yémen sont vraiment astronomiques. Il y a une situation vraiment horrible ».

rr/UN

 
A propos de RADIN RUE
®© 1982 - 2017 Radin Rue — ISSN 2270-5864 — Radin Rue a été fondé en 1982 sous format papier, depuis 2001 Radin Rue ne paraît plus sous format imprimé. Il est publié sur internet depuis le 22 décembre 1997 et en tant que www.radinrue.com depuis 24 septembre 2000. Ce site est dépendant de la (...)
En savoir plus »