lundi, 24 septembre 2018|

20 visiteurs en ce moment

 

Plus de 41 000 objets saisis dans l’opération globale visant le trafic illicite des biens culturels

Plus de 41 000 biens culturels tels que les pièces de monnaie, des peintures et des dessins, des meubles et des instruments de musique, de la porcelaine, des objets archéologiques et paléontologiques, des livres et des manuscrits et sculptures ont été saisis dans le monde entier en raison des mesures d’application de la loi coordonnée.

www.radinrue.com le XXIV - II - MMXVIII, 15h44, Europol / Photo : M. int. Espagnol

Ces saisies ont été faites lors de la première mondiale mondiale Opération douanes et la police, le nom de code ATHENA et organisée par l’Organisation mondiale des douanes (OMD) en coopération avec INTERPOL, et pendant l’opération PANDORA II centrée sur l’Europe régionale, coordonnée par la Guardia Civil espagnole et Europol .
Les deux opérations ont eu lieu d’Octobre à début Décembre 2017, avec une phase d’action commune de 20 à 30 Novembre 2017, et a vu la participation des douanes et les forces de police de 81 pays. Les deux, ATHENA et PANDORA II, concentrés sur le trafic illicite des biens culturels, le vol, le pillage ainsi que les ventes sur Internet. La plupart des actions ont été élaborées et coordonnée conjointement entre les douanes et la police au niveau national avec le soutien et la participation des experts des ministères de la culture et d’autres institutions et organismes d’application de la loi.

En dehors des crises, il y a eu des dizaines de milliers de vérifications et de contrôles dans divers aéroports, ports, d’autres points de passage des frontières, ainsi que dans les maisons d’enchères, les musées et les maisons privées. En conséquence, plus de 200 enquêtes ont été ouvertes et 53 personnes arrêtées.

Étant donné la nature globale de ce crime, les unités de coordination des opérations de travail 24/7 ont été établies par Europol d’un côté, et l’OMD et INTERPOL sur l’autre, pour soutenir l’échange d’informations, ainsi que de diffuser des alertes, des avertissements et effectuer des vérifications croisées dans différentes bases de données nationales et internationales.

Internet en tant que facilitateur pour le trafic illicite des biens culturels
Internet a changé, comme dans beaucoup d’autres domaines de notre société, les chaînes traditionnelles du commerce illicite des biens culturels. Il est un nouveau défi pour les autorités d’application de la loi en particulier pour les unités de la criminalité de biens culturels spécialisés. Maintenant, les criminels peuvent atteindre le collecteur (de partout dans le monde) sans intermédiaire, et hors des canaux traditionnels.

Face à cette menace, les organismes concernés de l’application des lois suivis des milliers de places de marché, annonce internet a pour détecter et saisir les biens culturels pillés ou volés. Seulement dans ce domaine, 63 nouvelles enquêtes criminelles ont été ouvertes et plus de 6 000 objets culturels ont été saisis.

Dans une seule enquête réussie en Espagne, la Guardia Civil a saisi plus de 2 000 objets culturels. La plupart d’entre eux étaient des pièces de monnaie de Empires romains et d’autres objets archéologiques et de la céramique, le métal et la pierre. De plus, 88 pièces d’ivoire ont été saisis lors des perquisitions, y compris une sculpture du Christ d’une valeur de 6 000 euros, et 39 armes à feu de classification différents, des armes historiques, comme les carabines et les fusils de chasse, des épées, des épées, katanas et une arbalète, revolvers et pistolets. L’enquête a commencé avec les contrôles de différentes pages Internet dédiées à la vente et l’achat d’objets de valeur historique, et est toujours en cours.

La police grecque a mené une enquête fructueuse dans le cadre de PANDORA II : au cours des recherches dans deux résidences et dans deux entreprises d’un entrepreneur national, ils ont trouvé 41 objets archéologiques, dont le collecteur n’a pas de licence correspondante. En outre, à partir d’une collection juridique de 1 133 pièces d’argent, de bronze et d’or du 2ème siècle avant JC jusqu’à 200 AC, 15 pièces ont été portées disparues, et d’une collection juridique de 105 objets anciens, 26 objets ont été portés disparus. Tous les objets possédés une valeur archéologique et culturelle ont été confisqués, à savoir 1 252 biens culturels.

Comm. presse europol/RR

 
A propos de RADIN RUE
®© 1982 - 2018 Radin Rue — ISSN 2270-5864 — Radin Rue a été fondé en 1982 sous format papier, depuis 2001 Radin Rue ne paraît plus sous format imprimé. Il est publié sur internet depuis le 22 décembre 1997 et en tant que www.radinrue.com depuis 24 septembre 2000. Ce site est dépendant de la (...)
En savoir plus »