dimanche, 21 janvier 2018|

11 visiteurs en ce moment

 

Marche pour la vie 2018 : de l’ombre à la lumière

De même que la lumière brille aux yeux de tous, la vie est donnée, et ne se marchande pas. Pourtant, l’année dernière en France, 220 000 enfants se sont vu refuser le droit d’ouvrir les yeux sur la lumière du jour.

www.radinrue.com le XXXIII - XII - MMXVII, 12h10

Trop de grossesses imprévues ne sont pas accompagnées. Trop de mamans sont livrées à l’anxiété, au doute, à la solitude du corps qui accueille, comme malgré lui, une vie nouvelle. Trop de ces mamans sont laissées dans les ténèbres, isolées dans leur choix, sans lumière à l’horizon.

Des milliers de vies sont abandonnées par les pouvoirs publics, des milliers de femmes sont laissées seules dans la nuit de leurs doutes et de leur culpabilité.

42 ans après la loi Veil, la loi a transformé le petit de l’homme en produit de l’homme, l’embryon en objet, l’enfant en projet.

L’Interruption Volontaire de Grossesse est à la fois l’origine et l’aboutissement de la déshumanisation de l’être humain : avec l’IVG, l’enfant devient une chose que l’on peut, à l’envi, retirer de son lieu de naissance, le ventre de sa mère. Ainsi réduit à un amas de cellules, il peut alors être produit à volonté, et trié, congelé, détruit, implanté.

C’est le chemin qui joint l’IVG et la PMA, au prix de l’instrumentalisation de l’être humain et de graves dérives dénoncées largement par certains membres de la communauté scientifique.

En ces jours où le respect de la vie humaine est plus que jamais menacé par les ombres d’un progrès menteur, la Marche Pour la Vie exhorte la société à percer les ténèbres de l’avortement de masse pour entrer dans la lumière de la vie pour tous.

Voir la lumière c’est recevoir la chance de vivre. La Marche pour la Vie propose une révolution lumineuse. Elle fera briller sa lumière le dimanche 21 janvier 2018 à Paris, pour montrer que la vie quels que soient son état ou sa fragilité, vaut la peine d’être vécue, que toute vie naissante est une chance pour le monde.

A la demande des membres de son Conseil d’Administration et en réponse à notre initiative, pour la première fois cette année, une délégation officielle de professionnels de santé sera en tête du cortège de la Marche pour la Vie du dimanche 21 janvier 2018.

Cette Marche, fondée en 2005 par l’association Choisir la Vie rassemble aujourd’hui un collectif d’associations au service du respect de la vie humaine.

Nous sommes invités à venir y participer et y faire entendre nos voix de professionnels de santé impliqués et instruments malgré nous de cette « culture de mort ».

Paroles d’Emilie :

Je suis tombée enceinte sous pilule en août 2014.
J’avais très envie d’un bébé depuis des années, j’étais en CDI, en appartement et prête à devenir maman surtout.
Mais la décision de l’IVG a été prise très rapidement, parce qu’il n’était pas voulu et Mr ne voulait pas de ce bébé tout de suite. (carrière militaire donc il n’était pas présent souvent.)
Nous avons pris tous les rendez vous ensemble, il m’a accompagnée jusqu’au bout. À cause de soucis de santé j’ai dû passer par l’IVG chirurgicale et sur le coup je le vivais très bien. Mon compagnon est resté à mes côtés et ça c’est très important ! Pendant 7 mois RAS tout allait très bien !
Mais….le jour de la naissance présumée je suis tombée dans une grave dépression sans aucune raison. On a vite compris d’où ça venait. Dépression aggravée post-IVG, rendez-vous pendant des mois avec une psychiatre spécialisée pour les problèmes de la femme, traitement etc ….
Aujourd’hui, 2 ans après, la souffrance et les regrets sont toujours présents, je ne suis plus avec le papa (pour une autre raison) et je n’ai pour ainsi dire aucun soutien puisque ma famille et mes amis ne comprennent pas que je puisse en souffrir !
Je me bats donc seule face à moi même et ce n’est pas évident tous les jours.
Tout ça pour dire que même lorsque l’on est accompagnée par le papa pour l’IVG, que la décision est réfléchie, qu’on le « vit bien » sur le moment, on n’est malheureusement pas à l’abri non plus d’une descente aux enfers à partir de la date de naissance présumée !
Courage à vous toutes

N’hésitons pas nous rendre à cette marche ; Afin de pouvoir nous reconnaître, venons en blouses blanches.

Nous avons le « droit » de dire que « tuer » n’est pas notre métier mais celui de soigner Oui.

Nous vous transmettrons le lieu de départ de la Marche dès que la Préfecture de Police de Paris aura donné son accord.

Merci de diffuser à vos réseaux de soignants, sur les réseaux sociaux etc…..

Plus nous serons nombreux, plus notre présence pourra « interroger » !

Merci par avance de l’accueil de vous réserverez à cette invitation.

Belles fêtes de Noël à tous !

radinrue.com

 
A propos de RADIN RUE
®© 1982 - 2017 Radin Rue — ISSN 2270-5864 — Radin Rue a été fondé en 1982 sous format papier, depuis 2001 Radin Rue ne paraît plus sous format imprimé. Il est publié sur internet depuis le 22 décembre 1997 et en tant que www.radinrue.com depuis 24 septembre 2000. Ce site est dépendant de la (...)
En savoir plus »