mardi, 21 novembre 2017|

10 visiteurs en ce moment

 

Le couple permet de quitter le culte de son propre ego

Le Pape François a adressé ce matin un message vidéo aux participants à un Symposium international sur l’exhortation apostolique Amoris Laetitia, organisé par le Bureau pour la pastorale familiale de la conférence épiscopale italienne.

www.radinrue.com le XIII -XI -MMXVII, 11h16, photo : coll. Laplane sculpture de *Josef Pyrz "Adam et Eve"

L’occasion pour le Saint-Père, dans ce discours de sept minutes, de préciser une nouvelle fois l’orientation qu’il souhaite donner à la pastorale conjugale, deux ans après la conclusion du deuxième Synode sur la Famille. En s’appuyant sur le thème de cette rencontre, « l’Évangile de l’amour entre conscience et norme », François a précisé comment le mariage doit permettre à chacun et chacune de sortir de son individualisme, du culte de son propre ego.

Le Pape a porté un message résolument positif, en mettant en valeur le « désir de famille » qui émerge « dans l’âme des jeunes générations ». « La famille née du mariage génère des liens féconds, qui sont l’antidote le plus efficace face à l’individualisme galopant ». Mais face aux difficultés inévitables de la vie des couples, l’Église doit leur apporter un soutien, en se basant sur les réalités de la vie conjugale.

« Il est important que les époux, les parents ne soient pas laissés seuls, mais soient accompagnés dans l’engagement d’appliquer l’Évangile dans les aspects concrets de la vie. » Reste que c’est aux époux eux-mêmes de poser eux-mêmes leurs choix, leurs décisions : « Nous sommes appelés à former les consciences, et non pas à nous y substituer », a précisé le Pape, relevant toutefois un piège de la pensée dominante actuelle : « Le monde contemporain risque de confondre le primat de conscience, qui est toujours à respecter, avec l’autonomie exclusive de l’individu par rapport aux relations qu’il vit. »

Face aux dangers de « l’égolâtrie », du « culte du moi », François s’est appuyé sur les écrits du théologien Romano Guardini, en expliquant que l’être humain ne peut se libérer de sa prison intérieure que s’il cherche un point d’ancrage qui est plus grand que son ego, mais qui vit dans son être : c’est là que se situe « Dieu vivant » en « plénitude ».

« Dans l’intime de chacun se situe un lieu où le Mystère se révèle et illumine la personne, en la rendant protagoniste de son histoire », a expliqué François. Il faut donc se rendre disponible à la grâce divine qui « remplit les amphores des cœurs humains d’une extraordinaire capacité de don, en renouvelant pour les familles d’aujourd’hui le miracle des noces de Cana. »

rr

 
A propos de RADIN RUE
®© 1982 - 2017 Radin Rue — ISSN 2270-5864 — Radin Rue a été fondé en 1982 sous format papier, depuis 2001 Radin Rue ne paraît plus sous format imprimé. Il est publié sur internet depuis le 22 décembre 1997 et en tant que www.radinrue.com depuis 24 septembre 2000. Ce site est dépendant de la (...)
En savoir plus »