lundi, 21 août 2017|

9 visiteurs en ce moment

 

Jérusalem-Est : l’envoyé de l’ONU appelle au respect du statu quo

Face à l’escalade récente de la violence à Jérusalem-Est, suite notamment à l’installation par Israël de portiques de sécurité à l’entrée de l’esplanade des Mosquées, le Coordonnateur spécial des Nations Unies pour le processus de paix au Moyen-Orient, Nickolay Mladenov, a appelé mardi à respecter le statu quo de 1967 concernant les lieux saint de la vieille ville, pour éviter que le conflit israélo-palestinien ne tourne à la « guerre de religion ».

www.radinrue.com le XXVI -VII -MMXVII, 15h46 ;

Au début du débat public du Conseil de sécurité sur la situation au Moyen-Orient, M. Mladenov a résumé les évènements survenus ces 11 derniers jours, suite à l’assassinat, le 14 juillet, de deux policiers israéliens par trois assaillants à l’entrée de l’esplanade des Mosquées.

Invoquant des raisons de sécurité, a-t-il expliqué, Israël a procédé à la fermeture du site, y compris pendant la prière du vendredi, ce qui ne s’était pas produit depuis 1969. Les autorités israéliennes ont rouvert le site deux jours plus tard, a-t-il poursuivi, après avoir installé des détecteurs de métaux, sous forme de portiques, à l’entrée.

Des manifestations pacifiques de Musulmans pour protester contre cette décision et des heurts avec la police israélienne ont eu lieu pendant plusieurs jours, à la suite de quoi les autorités israéliennes ont décidé de fermer l’esplanade des Mosquées aux hommes musulmans de moins de 50 ans. Cette décision a entrainé des manifestations meurtrières sur le site, ainsi que l’annonce, le 21 juillet, par le Président palestinien Mahmoud Abbas, qu’il rompait tout lien avec Israël jusqu’à nouvel ordre, y compris concernant la coordination en matière de sécurité.

Suite à l’annonce, lundi soir, par les autorités israéliennes, du retrait des détecteurs de métaux à l’entrée de l’esplanade des Mosquées, M. Mladenov a toutefois espéré que cette décision contribue à dissiper la crise au cours des prochains jours et a appelé au calme dans Jérusalem-Est.

« Il est vital de maintenir le statu quo concernant les lieux saint de Jérusalem-Est, établie depuis 1967 », a-t-il appelé, notamment pour éviter les risques d’escalade du conflit israélo-palestinien en guerre de religion.

Le Coordinateur spécial s’est toutefois dit préoccupé par « certaines factions » qui continuent de « jeter de l’huile sur le feu » et les a appelées à mettre fin à ses provocations. Il a aussi exhorté le Conseil de sécurité et la communauté internationale à tout faire pour relancer la solution à deux Etats.

La situation fragile à « Jérusalem-Est occupée » s’est enflammée parce qu’Israël, puissance occupante, poursuit son « agenda destructif » contre le peuple palestinien et « nos sites sacrés », a quant à lui estimé l’observateur de la Palestine, fustigeant « les comportements agressifs et violations provocantes du statu quo historique » sur à Jérusalem-Est, qui exacerbent les « sensibilités religieuses. « Nous n’accepterons jamais ces restrictions », a-t-il mis en garde.

Les Palestiniens ne cherchent, avec l’affaire du mont du Temple, qu’à « détourner l’attention de la vérité », a dit le représentant israélien. Il n’y a « rien de plus faux » que de prétendre qu’Israël cherche à modifier le statu quo du mont du Temple, a-t-il ajouté, affirmant que bien au contraire, la priorité d’Israël était d’assurer la sécurité des fidèles et des visiteurs sur le site.

rr

 
A propos de RADIN RUE
®© 1982 - 2017 Radin Rue — ISSN 2270-5864 — Radin Rue a été fondé en 1982 sous format papier, depuis 2001 Radin Rue ne paraît plus sous format imprimé. Il est publié sur internet depuis le 22 décembre 1997 et en tant que www.radinrue.com depuis 24 septembre 2000. Ce site est dépendant de la (...)
En savoir plus »