mercredi, 28 juin 2017|

13 visiteurs en ce moment

 

Hier nous avons fêtés l’Immaculée Conception

Le Pape François s’est rendu jeudi après-midi place d’Espagne, afin d’honorer la statue de l’Immaculée Conception. Une tradition, chaque 8 décembre, à laquelle n’a pas dérogé le Souverain Pontife.

www.radinrue.com le IX - XIII - MMXVI, 09h40

Le Pape a été salué à son arrivée par le maire de la ville Virginia Raggi, le président de la région du Latium Nicola Zingaretti ainsi que par le cardinal Agostino Vallini, vicaire de Rome. Après avoir déposé un bouquet aux pied de la colonne surmontée par la statue, le Saint-Père a prononcé une prière dans laquelle il a confié la ville de Rome et le monde à la protection de la Vierge. Après ce moment de recueillement, le pape a salué quelques pèlerins et malades présents sur les lieux puis s’est rendu dans la basilique Sainte-Marie Majeure pour aller se recueillir devant l’icône de Marie, Salut du Peuple Romain. Un geste qu’il accomplit par ailleurs immanquablement avant et après chaque voyage pastoral et apostolique qu’il effectue.

Voici la prière que le Pape a prononcée :

"O Marie, notre mère Immaculée,
 
En ce jour de ta fête, je viens vers Toi
 
Et je ne viens pas seul :
 
Je porte avec moi tous ceux que ton Fils m’a confiés
 
Dans cette ville de Rome et dans le monde entier,
 
Pour que Tu les bénisses et les sauves des périls.
 
Je t’apporte, Mère, les enfants,
 
Spécialement ceux qui sont seuls, abandonnés,
 
Et qui par conséquent sont trompés et exploités.
 
Je t’apporte, Mère, les familles,
 
qui font avancer la vie et la société
 
par leur effort quotidien et caché,
 
en particulier les familles qui doivent affronter de nombreux problèmes internes et externes.
 
Je t’apporte, Mère tous les travailleurs, hommes et femmes,
 
et je te confie surtout ceux qui, par nécessité,
 
sont contraints à un travail indigne,
 
ceux qui l’ont perdu ou ceux qui ne parviennent pas à en trouver.
 
Nous avons besoin de ton regard immaculé,
 
Pour retrouver la capacité de regarder les personnes et les choses
 
Avec respect et reconnaissance,
 
Sans intérêts égoïstes et hypocrisies.
 
Nous avons besoin de ton cœur immaculé,
 
Pour aimer de manière gratuite,
 
sans arrière-pensée mais en cherchant le bien de l’autre,
 
avec simplicité et sincérité, en renonçant aux masques et aux ruses.
 
Nous avons besoin de tes mains immaculées
 
Pour caresser avec tendresse,
 
Pour toucher la chair de Jésus
 
Dans les pauvres, les malades, les méprisés,
 
Pour relever celui qui est tombé et soutenir celui qui vacille.
 
Nous avons besoin de tes pieds immaculés
 
Pour aller vers celui qui n’ose pas faire le premier pas,
 
Pour cheminer sur les sentiers de celui qui est perdu,
 
Pour aller trouver les personnes seules.
 
Nous te remercions, o Mère, parce qu’en te montrant à nous,
 
Libre de toute tâche du péché,
 
Tu nous rappelles qu’avant tout il y a la grâce de Dieu et l’amour de Jésus-Christ qui a donné la vie pour nous, il y a la force de l’Esprit Saint qui renouvelle tout.
 
Fais que nous ne cédions pas au découragement,
 
mais, confiants dans ton aide constante,
 
nous nous engagions à fond pour nous renouveler nous-mêmes,
 
cette ville et le monde entier.
 
Prie pour nous , Sainte Mère de Dieu !"

Notre « oui » à Dieu est-il un oui « à moitié » et médiocre, ou entier et inconditionnel ? C’est la réflexion proposée par le Pape ce jeudi, lors de la prière de l’Angélus, à l’occasion de la Solennité de l’Immaculée Conception. Devant une Place St Pierre, où trônent déjà le sapin décoré de Noël et la traditionnelle crèche, François est revenu sur les lectures du jour, tirées du livre de la Genèse et de l’Evangile selon St Luc, qui présentent deux « passages cruciaux » de l’histoire des relations entre Dieu et les hommes.

« Le livre de la Genèse nous montre le ‘non’ des origines, lorsque l’homme a préféré se regarder plutôt que son créateur, qu’il a voulu n’en faire qu’à sa tête, en choisissant de se suffire à lui-même ». Une attitude qui le conduit au péché et le coupe de la communion avec Dieu ; Dieu qui n’abandonne pourtant pas l’homme au mal. Il le cherche, et lui pose la question d’un père ou d’une mère dont le fils aurait disparu : « Où es-tu ? ».

Face à ce « non des origines », le passage de l’Evangile nous montre le « oui le plus important de l’Histoire », celui de l’humble jeune fille de Nazareth, Marie. Sa disponibilité et son abandon rendent possible l’incarnation du Fils de Dieu. Jésus commence ainsi « dans le sein de Marie, son chemin sur les routes de l’humanité ». « Il se fait l’un de nous, en toute chose, excepté le péché ». Et c’est pour cela qu’il a choisi Marie, la toute pure, l’immaculée, la « comblée de grâce », la créature en qui le péché ne trouve aucun espace. Son « oui » humble et fidèle « détruit le non orgueilleux des origines », « guérit la désobéissance » originelle, et « renverse l’égoïsme du péché ».

Partant de l’exemple de ce « oui » inconditionnel, le Pape s’interroge sur notre attitude, et constate : « parfois, dit-il, nous sommes experts des ‘oui à moitié’, nous excellons à faire semblant de ne pas comprendre la volonté de Dieu ». Mais plutôt que de dire « non », nous disons à Dieu « oui, mais... pas aujourd’hui. Demain je serai meilleur, je prierai, je ferai du bien ». Or, en agissant ainsi, « nous fermons la porte au bien », et « le mal profite de ces oui manqués ». En revanche, chaque « oui » donne naissance à une histoire de salut nouvelle et originale avec Dieu, et particulièrement en ce temps de l’Avent, où Dieu « désire nous visiter et attend notre ’oui’ ».

Au terme de la prière de l’Angélus, le Pape a évoqué le fort séisme qui a frappée l’ile de Sumatra, en Indonésie, ce mercredi. La secousse, de magnétude 6,5, a provoqué la mort d’une centaine de personnes. François a affirmé prier pour les victimes et leurs familles, pour le sblessés, et ceux qui ont perdu leurs maisons. « Que le Seigneur donne force à la population et soutienneles opérations de secours ».

rr

 
A propos de RADIN RUE
®© 1982 - 2017 Radin Rue — ISSN 2270-5864 — Radin Rue a été fondé en 1982 sous format papier, depuis 2001 Radin Rue ne paraît plus sous format imprimé. Il est publié sur internet depuis le 22 décembre 1997 et en tant que www.radinrue.com depuis 24 septembre 2000. Ce site est dépendant de la (...)
En savoir plus »
Fils de nouvelles RSS